Normandie : des Québécois en quête de leurs racines

C'est une passion française : la généalogie. Plus d'une famille sur deux a déjà fait des recherches sur ses ancêtres. Un engouement qui dépasse nos frontières, puisqu'il existe un tourisme généalogique.

FRANCE 2

Traverser l'océan en quête d'une vie meilleure. Il y a 350 ans, des centaines de Français sont partis des côtes normandes pour s'installer et peupler le Québec. Ce jour-là, les descendants de ces pionniers ont fait le voyage dans le sens inverse. Durant leur séjour, ils vont fouiller le passé, fouler les plages, les galets dont sont partis leurs lointains parents au 17e siècle. Pour peupler ces nouvelles d'Amérique, le roi envoie depuis Dieppe des soldats, des artisans, mais aussi des femmes. Sous Louis XIV, elles sont des centaines, en majorité des orphelines, à partir pour la Nouvelle-France afin de fonder une famille. On les appelle alors "Les Filles du roi" ; ces Québécois sont leurs descendants.

"La recherche de l'identité ce n’est jamais fini"

Étape importante de ce voyage : la pose d'une plaque en mémoire de Jeanne Chevalier. Une des "Filles du roi". EN 1671, elle part s'installer au Québec. Dans cette Nouvelle-France, elle aura trois maris, neuf enfants et une nombreuse descendance, aujourd'hui reconnaissante. "Pour moi c'est phénoménal, j'ai des difficultés à réaliser. C'est une partie de mon identité qui se précise. Vous savez, notre identité au Québec, elle est incomplète, on réalise ça quand on est ici. La recherche de l'identité ce n’est jamais fini", confie un des touristes. Un pèlerinage singulier pour faire revivre le passé. Ces Québécois ont promis de revenir pour certains avec leurs enfants, goûter un petit bout de cette France oubliée.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Etretat (Seine-Maritime), c\'est la plage qui est recouverte d\'écume.
A Etretat (Seine-Maritime), c'est la plage qui est recouverte d'écume. (ISABELLES / SIPA)