Cet article date de plus de neuf ans.

Six mille médecins cubains pour le Brésil

Le Brésil négocie avec La Havane la venue de six mille médecins cubains pour travailler dans les régions qui en manquent. Le gouvernement brésilien examine la possibilité d'accueillir des médecins cubains par le biais de conversations avec des membres de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS)
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Rencontre entre le ministre des Affaires étrangères cubain Bruno Rodriguez (D) en visite officielle au Brésil et son homologue brésilien Antonio Patriota au Palais Itamaraty à Brasilia, le 6 mai 2013. (AFP PHOTO / Evaristo SA)
Le Brésil, 7e économie du monde qui vit pratiquement le plein emploi malgré une faible croissance du PIB, envisage depuis un moment d'importer des professionnels qualifiés pour pallier son manque de main d'œuvre, des ingénieurs et des médecins en particulier.

Le secteur de la santé au Brésil est bien mal en point. Les hôpitaux restent surchargés, les salles d'attente sont bondées et les services des urgences débordés.
 

«Les relations du Brésil avec Cuba sont très importantes dans tous les domaines», a souligné, lundi 6 mai, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, en visite à Brasilia qui coïncide avec le voyage simultané à Cuba du ministre brésilien du Commerce et de l'Industrie, Fernando Pimentel.

Le Brésil est le sixième partenaire commercial de Cuba, son premier fournisseur d'aliments et son second importateur de médicaments et vaccins, selon Cuba. Le commerce bilatéral a atteint un record de 662 millions de dollars en 2012.

Les investissements brésiliens sont en hausse à Cuba et représentent les deux tiers du financement de la construction du projet industriel et portuaire de Mariel, à 50 km de La Havane et qui constitue aujourd'hui le plus grand chantier d'infrastructure de l'île.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brésil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.