"Si c’est une indication de Lula, alors oui on va voter pour lui" : Fernando Haddad a moins d’un mois pour convaincre les Brésiliens pro-Lula

Alors que l’ancien président, qui faisait figure de favori, est toujours emprisonné, le Parti des Travailleurs mise sur Fernando Haddad, son ancien ministre de l’Education, qui fait office de plan B.

Fernando Haddad, candidat du Parti des Travailleurs, à Curitiba, le 11 septembre 2018.
Fernando Haddad, candidat du Parti des Travailleurs, à Curitiba, le 11 septembre 2018. (NELSON ALMEIDA / AFP)

Au Brésil, c’est officiel, Fernando Haddad est le nouveau candidat du Parti des Travailleurs. L’ancien président Lula, empêché par la justice de se présenter, s’est résigné à passer la main à son ancien ministre de l’Éducation malgré sa position de grand favori. Le parti aurait pu attendre un ultime recours judiciaire mais risquait alors de perdre son plan B : Fernando Haddad a moins d’un mois pour convaincre les électeurs, avant le premier tour prévu le 7 octobre.

Ce dernier est arrivé le visage grave pour son premier discours comme candidat à la présidence, devant la prison où est enfermé depuis cinq mois l’ancien président Lula. "Je vous prie d’excuser mon émotion, explique-t-il, mais je ressens la douleur des plus pauvres de ce pays qui vont apprendre ce soir qu’ils ne pourront pas voter pour leur leader Lula qui nous inspire tous…" 

"Moi je ne sais rien de Haddad, mais…"

Ému, Fernando Haddad a cependant terminé ce discours en promettant que, lui président, il aurait Lula à ses côtés pour gouverner le Brésil. C’est aussi l’espoir des électeurs de Lula : Jandira vit dans une favela de Rio de Janeiro et va voter Haddad, mais pour élire Lula. "Moi je ne sais rien de Haddad, rien, confie-t-elle. Je le connais, mais je n’ai pas beaucoup d’informations sur lui. Mais si c’est une indication de Lula, alors oui on va voter pour lui car c’est Lula qui le dit."

Le dernier sondage donnait à Haddad 9% d’intentions de vote. L’appui de Lula devrait changer la donne, même si l’ancien président ne peut pas parler aux masses comme il l’avait fait pour faire élire à deux reprises Dilma Rousseff. Le Parti des Travailleurs a désormais un candidat qui pourra participer aux débats télévisés, et enfin exister dans le paysage électoral à moins d'un mois de l’élection.

Fernando Haddad a moins d’un mois pour convaincre les Brésiliens pro-Lula - un reportage d'Anne Vigna
--'--
--'--