Présidentielle au Brésil : "La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner", analyse un spécialiste du pays

Le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne a lieu ce dimanche 2 octobre. Les deux grands favoris sont l'ancien président de gauche Lula et le président sortant d'extrême-droite Jair Bolsonaro. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Le président sortant Jair Bolsonaro a voté à Rio de Janeiro, ce dimanche 2 octobre, pour le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne. (MAURO PIMENTEL / AFP)

"La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner", estime dimanche 2 octobre sur franceinfo, Frédéric Louault, professeur de science politique à l'Université libre de Bruxelles et spécialiste du Brésil. Le président sortant a donné de nombreux signes qu'il pourrait ne pas reconnaître les résultats en cas de défaite à la présidentielle, invoquant notamment des risques de "fraude". Alors que le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne a lieu ce dimanche, Lula est le grand favori selon les derniers sondages, étant crédité de 51-52% des suffrages. La campagne est marquée aussi "par la violence" et "beaucoup d'électeurs s'apprêtent à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions", précise Frédéric Louault, auteur du livre "Le Brésil, l’interminable émergence", aux éditions Tallandier.

franceinfo : Ce sont deux visions du Brésil, et même du monde, qui s'affrontent lors de ce premier tour de l'élection présidentielle ?

Frédéric Louault : Oui, ce sont deux modèles de société très opposés. L'ancien président Lula, parle de la "démocratie contre la barbarie" et en s'adressant au camp adverse, il évoque la "barbarie". Du côté de l'actuel président sortant Jair Bolsonaro, lorsqu'il parle de son adversaire, il évoque le retour du "diable au pouvoir". Cette élection est très tendue. Les derniers débats présidentiels, marqués par des attaques très dures entre les différents candidats, l'ont bien montré.

Est-ce qu'il y a une vague de rejet du président sortant Jair Bolsonaro, étant donné que d'après les derniers sondages Lula est très largement en tête ?

Le président sortant a un rejet qui dépasse les 50%. Cela lui rend la tâche très difficile pour son projet de réélection. C'est un rejet qui, en particulier, est très lié à sa gestion de la crise sanitaire, mais aussi des affaires publiques en général avec un style marqué par une forte polarisation et par des provocations incessantes qui tend à fatiguer une grande partie de la population brésilienne. Jair Bolsonaro a d'ailleurs été accusé à l'issue de la crise sanitaire par son propre congrès de "crime contre l'humanité" et c'est utilisé par ses opposants pour le fragiliser.

Mais les thèmes qui comptent le plus actuellement sont plutôt des thèmes d'ordre socio-économique avec les questions autour des programmes de redistribution et de la relance de l'économie. Pour l'ancien président Lula, c'est la question de la protection de la démocratie, de rétablir le cadre démocratique, de rétablir l'image du Brésil sur la scène internationale.

Un dernier thème qui compte en faveur du président sortant, Jair Bolsonero, c'est la question des valeurs familiales et de la religion. Il joue beaucoup sur cela pour discréditer son adversaire. Enfin, Jair Bolsonaro joue aussi sur le thème de la corruption en associant le Parti des Travailleurs de l'ancien président Lula aux grands scandales de corruption pour essayer de le fragiliser. Une campagne tendue.

Est-ce que cela témoigne d'un pays, le Brésil, aujourd'hui particulièrement fracturé ?

Aujourd'hui, le pays est fracturé, comme le sont d'autres pays de la région. Ce qui est inquiétant au Brésil, c'est que la violence a marqué la campagne électorale et beaucoup d'électeurs s'apprêtent aujourd'hui à aller aux urnes avec un petit peu la peur au ventre en ayant la crainte des agressions, des violences politiques.

L'élection est moins festive que d'habitude et il y a aussi une grande inquiétude quant à l'issue pour savoir si Jair Bolsonaro n'est pas élu, est-ce qu'il va reconnaître sa défaite électorale. Jair Bolsonaro a en effet critiqué à maintes reprises le vote électronique. Quelles conséquences cela peut avoir, notamment en cas de défaite dès le premier tour ce soir si Lula obtient plus de 50% des suffrages. Que Lula obtienne plus de 50% des suffrages est une hypothèse assez crédible puisque les derniers sondages le placent entre 51 et 52% des voix.

Bien sûr, Jair Bolsonaro a balayé les sondages en disant que les sondages faisaient eux même partie d'un grand système de fraude. Mais partant de ce scénario selon lequel Lula remporterait l'élection dès le premier tour, Jair Bolsonaro contesterait les résultats, comme il l'a annoncé à de nombreuses reprises. Et quand on parle avec ses bases électorales, on se rend compte que c'est un message qui a beaucoup d'écho et beaucoup d'électeurs de Jair Bolsonaro qu'on rencontre ici nous disent ainsi que s'il n'est pas élu dès le premier tour, c'est qu'il y a fraude et donc forcément, il faut s'attendre à ce qu'il y ait une dénonciation de fraude. La surprise serait que Jair Bolsonaro reconnaisse sa défaite sans rechigner.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brésil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.