Brésil : terrible sécheresse à Sao Paulo

Sao Paulo, la capitale économique du Brésil, est menacée par la sécheresse qui perdure sur le sud-est du pays. Les réserves d’eau de la mégapole de 20 millions d’habitants sont au plus bas, faute de précipitations et en raison d’une gestion catastrophique de la ressource.

Les lacs de barrage étaient au dixième de leur capacité en novembre 2014.
Les lacs de barrage étaient au dixième de leur capacité en novembre 2014. (Nelson Almeida/AFP)
Cantareira est un immense complexe composé de cinq lacs de barrage qui assurent l’alimentation en eau de près de la moitié des 20 millions d’habitants. Leur capacité est d’un milliard de mètres cubes. A la fin du mois d’août 2014, les niveaux étaient au dixième de la normale.
 
Durant la dernière saison des pluies, il n’est tombé que 90 mm d’eau en six mois, au lieu de 161 en temps normal !
Selon Le Journal du siècle, qui cite l’association pour l’eau PCJ Consorcio, il faudrait qu’il pleuve tous les jours pendant deux mois pour remplir les barrages à moitié.
 

Le sud du Brésil souffre d’une sécheresse qui devient chronique. Selon certains experts, c’est une des conséquences de la déforestation de l’Amazonie. Les vents ne sont plus chargés d’autant de pluie.
 
Mais, à ces problèmes climatiques s’ajoute une gestion anarchique de la ressource en eau. Selon le WWF, les fuites sur le réseau feraient perdre un quart de la ressource. Selon Novethic, Sabesp la gestionnaire a surtout privilégié ses actionnaires. Durant son contrat, elle leur a versé 1,7 milliard d’euros de dividendes, soit le double de la somme dédiée à l’assainissement. Mais le gouverneur de Sao Paulo a récemment promis la construction d’une usine de réutilisation de l’eau usée.
 
Désormais, si Sao Paulo n’est pas encore concernée, 140 villes de sa banlieue sont rationnées. Et la situation va durer. Même si les pluies reviennent, il faudra attendre 2016 pour un retour à la normale.