Visite du prince héritier Mohammed ben Salmane : "Il est en train d’ouvrir l’Arabie saoudite sur le monde"

Le prince héritier d'Arabie saoudite est arrivé en France dimanche. Mohammed ben Salmane fait étape à Paris dans son tour de l'Occident et rencontrera Emmanuel Macron mardi. Pas encore roi, il est déjà l’homme fort de la monarchie pétrolière. 

Le prince héritier d\'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, au siège des Nations unies à New York, le 27 mars 2018.
Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, au siège des Nations unies à New York, le 27 mars 2018. (BRYAN R. SMITH / AFP)

Après une visite de trois semaines aux États-Unis, le prince héritier saoudien fait une halte de trois jours en France. Arrivé dimanche 8 avril, il rencontrera le président Macron mardi. Mohammed ben Salmane, 32 ans, n’est pas encore roi, mais il est déjà l’homme fort de la monarchie pétrolière. 

Le prince réformateur

On le dit autoritaire et ambitieux. Il est aussi pressé. Mohammed ben Salmane a déjà tout bousculé. Mise à l’écart des islamistes radicaux, opération mains propres, diversification de l’économie et plus de droits pour les femmes... "Avec lui, l’Arabie saoudite fait des progrès remarquables," affirme Hoda, qui est venue faire des courses en famille dans un centre commercial de Riyad, où le futur roi n’attire que des louanges. "Il a une vraie personnalité et il sait comment se comporter avec le peuple", renchérit sa fille.

Dans un centre commercial de Riyadh.
Dans un centre commercial de Riyadh. (CLÉMENCE BONFILS / RADIO FRANCE)

Mohammed ben Salmane a un plan stratégique, "Vision 2030", qu'il a présenté sur la chaîne Al Arabya : "Nous voulons développer notre économie, faire de notre pays un environnement attractif. C’est ça notre ambition. Nous travaillons pour construire l’Arabie saoudite de demain", a déclaré le futur roi. 

Il est en train d’ouvrir l’Arabie saoudite sur le monde et je ne pensais pas que ça arriverait si vite. Mishal, jeune entrepreneur à Riyadà franceinfo

Un discours qui séduit Mishal, un jeune ingénieur de 26 ans formé aux États-Unis grâce aux bourses du gouvernement saoudien et rentré à Riyad pour monter son entreprise. "Quand vous avez un leader jeune et que 70% de la population a moins de 30 ans, bien sûr c’est stimulant, souligne l'entrepreneur. Le prince fait un gros travail en ce moment, il va partout, aux États-Unis, au Royaume-Uni, et maintenant en France pour signer des contrats".

Des méthodes répressives contestées

Mais la médaille a son revers. Car le prince héritier maintient sous cloche la société civile. Yahia Assiri est un militant des droits de l’homme, exilé au Royaume-Uni. Selon lui, Mohammed ben Salmane "essaie de changer son image, et pour ça il travaille avec de très bons communicants. Mais en même temps qu’il annonce des réformes, il ordonne des arrestations massives dans le pays. S’il veut faire de vraies réformes, il doit d'abord autoriser la liberté d’expression, autoriser les gens à le critiquer quand il se trompe." 

Aujourd’hui, au nom de la loi anti-terroriste, le pouvoir peut mettre en prison n'importe qui.Yahia Assiri, militant des droits de l’hommeà franceinfo 

Prince héritier mais aussi vice-Premier ministre, ministre de la Défense, président du conseil économique et conseiller du roi, Mohammed ben Salmane se prépare à devenir monarque absolu. Mais ça, ça n’est pas un sujet de réforme.

Le reportage, à Riyad, d'Isabelle Labeyrie.
--'--
--'--