Vente de sous-marins : une bonne nouvelle pour l'emploi en France

L'Australie a choisi la France et l'entreprise DCNS pour la construction de douze sous-marins. Pour les sites français concernés par la vente des sous-marins, cela représente des années de travail en perspective.

France 2

Du travail assuré pour au moins six ans. C'est ce que promet la signature du méga-contrat entre DCNS et l'Australie. De quoi réjouir les employés du site de Nantes. "Je suis assez fier pour ma société, surtout que je suis juste apprenti donc ça va peut-être m'ouvrir des opportunités pour l'avenir", explique un jeune homme. Au total en France, quatre sites seront concernés par cette commande de sous-marins : Cherbourg, Brest, Lorient et Nantes. 

Des emplois assurés pour au moins six ans en France

Une aubaine également pour les 200 sous-traitants de l'entreprise, leur avenir est assuré. "Je suis heureux, notre contrat va être prolongé, du coup tout le monde est gagnant", se réjouit Pierre Leravalec, sous-traitant DCE. Aucune embauche n'a encore été officiellement annoncée, car l'entreprise est sous le coup d'un plan de sauvegarde de l'emploi. 1 000 postes doivent être supprimés dans le groupe. Avec ces nouveaux contrats, les syndicats espèrent que la direction fera marche arrière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le groupe industriel français DCNS a diffusé des images virtuelles des sous-marins Barracuda de nouvelle génération.
Le groupe industriel français DCNS a diffusé des images virtuelles des sous-marins Barracuda de nouvelle génération. (AFP / DCNS)