Sous-marins : "Les fuites ne sont pas une menace pour la sécurité nationale"

Plus de 22 000 pages contenant des données très sensibles ont été dérobées à l'entreprise de construction de sous-marins DCNS.

France 2
Fanny Stenneler est en direct du ministère de la Défense où la fuite de données sécurisées sur les sous-marins DCNS est prise très au sérieux. "Ces fuites de données ne sont en aucun cas une menace pour notre défense nationale. Les experts militaires sont formels, les sous-marins français ne sont en rien comparables avec ceux dont les plans ont fuité dans la presse australienne, les engins français étant notamment beaucoup plus sophistiqués", indique la journaliste.

Fâcheux pour le business

En revanche, des questions se posent sur les futurs accords commerciaux que la France compte passer à l'avenir. "Il n'est évidemment jamais bon pour ses clients de voir que des données aussi sensibles aient pu être piratées et rendues accessibles notamment sur Internet", conclut-elle. Les 22 400 pages divulguées, que le quotidien "The Australian" affirme avoir consultées, détaillent les capacités de combat des sous-marins de type Scorpène, construit par la DCNS.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un modèle de sous-marin de DCNS commandé par l\'armée australienne. Photo diffusée par le groupe français le 22 avril 2016.
Un modèle de sous-marin de DCNS commandé par l'armée australienne. Photo diffusée par le groupe français le 22 avril 2016. (REUTERS)