Le président Hamid Karzaï de retour à Kaboul après les attentats en Afghanistan

Trois explosions, à Kaboul dans un sanctuaire chiite, à Mazar-i-Sharif et à Kandahar, ont fait au moins 59 morts mardi. Ces attentats ont poussé le président afghan, Hamid Karzai, à annuler une visite officielle prévue au Royaume-Uni.

A Kaboul (Afghanistan), le 6 décembre 2011.
A Kaboul (Afghanistan), le 6 décembre 2011. (MASSOUD HOSSAINI / AFP)

Une attaque terroriste à Kaboul, la capitale afghane, a fait des dizaines de morts mardi 6 décembre, dont un ressortissant américain. Le président afghan, Hamid Karzai, a annulé une visite officielle prévue à Londres pour retourner en Afghanistan. 

En pleine fête de l'Achoura, l'une des plus importantes célébrations pour les chiites, qui représentent environ 20 % des 30 millions d'Afghans, une première explosion a fait plusieurs morts dans un sanctuaire chiite de Kaboul, la capitale afghane.

FTVi /REUTERS

Au moins 55 personnes ont été tuées, et 134 blessées. "C'est la première fois qu'à l'occasion d'une fête religieuse aussi importante en Afghanistan, un acte terroriste aussi horrible a lieu", avait déclaré Hamid Karzaï depuis Berlin avant de prendre la décision de rentrer en Afghanistan.

L'attaque a eu lieu alors que la foule se pressait pour assister à une procession. "Je regardais les fidèles quand soudain, il y a eu une énorme explosion. Des gens autour de moi se sont écroulés, blessés. C'était horrible", a raconté un témoin.

Un vélo piégé à Mazar-i-Sharif

Le même jour, dans le nord du pays, à Mazar-i-Sharif, une bombe placée sur un vélo a explosé près d'une mosquée du centre de la ville. D'après la police afghane, quatre personnes ont été tuées, dont un soldat afghan, et quatre autres blessées. On ignore pour le moment si l'attentat visait les chiites.

FTVi / REUTERS

Dans le sud, une troisième bombe a explosé à Kandahar, bastion des insurgés talibans. Selon la police, cette déflagration est sans rapport avec les célébrations de l'Achoura. La bombe était placée sur une motocyclette. Trois personnes ont été blessées.

Aucune des attaques n'a été revendiquée. Les talibans ont rejeté toute implication dans les attentats de Kaboul et Mazar-i-Sharif : "L'émirat islamique condamne fermement une attaque si cruelle, indiscriminée et anti-islamique."