Les Rohingyas de Birmanie, une ethnie opprimée

Début juin ont éclaté des conflits intercommunautaires entre l’ethnie bouddhiste Rakhine et l’ethnie musulmane Rohingya dans l’Etat Rakhine, au nord-ouest de la Birmanie. Des milliers de maisons appartenant aux deux communautés ont été incendiées. Ces violences ont fait une cinquantaine de morts.

Le 28 mai 2012, le viol et le meurtre d'une jeune bouddhiste, attribués à des Rohingyas, seraient à l'origine de ces affrontements. Deux hommes sont condamnés à mort le 19 juin. Le troisième accusé se suicide en prison.

Ces violences ont remis au cœur de l’actualité le sort des 750.000 Rohingyas, considérés comme apatrides par les autorités de Rangoun, qui les traitent comme des migrants illégaux venus du Bangladesh.

Les Rohingyas, l’une des minorités les plus persécutées au monde selon l’ONU, réclament depuis des années les mêmes droits que les autres groupes ethniques du pays, ce que refuse le gouvernement birman.

Ce propos est illustré par treize photos, datées du 9 au 15 juin 2012.

113
REUTERS/Soe Zeya Tun
213
REUTERS/Reuters Staff
313
REUTERS/Soe Zeya Tun
413
REUTERS/Reuters Staff
513
AFP
613
AFP
713
AFP
813
REUTERS/Andrew Biraj
913
AFP
1013
REUTERS/Andrew Biraj
1113
REUTERS/Soe Zeya Tun
1213
AFP
1313
AFP PHOTO/ Munir uz ZAMAN