Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Malaisie: Anwar Ibrahim détenu «arbitraire» sous prétexte de sodomie

Les conclusions du Groupe de travail sur la détention arbitraire, un organisme mandaté par l'ONU regroupant des experts indépendants des droits de l'Homme, sont sans appel. L'ancien vice-Premier ministre de Malaisie Anwar Ibrahim doit être libéré immédiatement, car sa détention est «arbitraire» et il n'a pas bénéficié d'un procès équitable. Selon eux, il est emprisonné pour des motifs politiques.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : < 1 min.
En septembre 2015, la fille d'Anwar Ibrahim, députée populaire de l'opposition malaisienne, avait lancé un appel à l'ONU et aux Etats-Unis pour faire libérer son père, qu'elle considère comme un prisonnier politique. Elle avait alors rencontré à Washington des responsables de la Maison Blanche, du département d'Etat et des élus du Congrès, comme le sénateur républicain John McCain. Dans les années 90, Anwar Ibrahim, aujourd'hui âgé de 68 ans, fut le vice-Premier ministre de Mahathir Mohamad, qui a gouverné la Malaisie jusqu'en 2003. Aujourd'hui, sous la gouvernance de Najib Razak, le régime malaisien a durci la répression à l'encontre de ses opposants. (MOHD RASFAN / AFP)

Cet opposant avait été condamné en février 2015 à cinq ans de prison ferme pour avoir sodomisé un ancien conseiller. Ce qu'il a toujours nié. Dans ce pays d'Asie du Sud-Est à majorité musulmane, il s'agit d'un crime passible de 20 ans d'emprisonnement. Le groupe d'experts onusiens a estimé que son traitement en prison viole toutes les interdictions internationales de pratiquer «la torture ou d'autres traitements cruels, inhumains ou dégradants».

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.