Incendies en Australie : une jeune femme a-t-elle vendu des photos d'elle nue sur Twitter pour financer la lutte contre la catastrophe ?

Kaylen Ward, une Américaine qui se présente comme une travailleuse du sexe, assure avoir permis de lever un million de dollars pour aider l'Australie en échange de photos de nu envoyées sur Twitter. Contactée par le "Guardian", la jeune femme affirme avoir été dépassée par son initiative.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Capture d'écran du compte Twitter de Kaylen Ward. (KAYLEN WARD / TWITTER)

Alors que 8 millions d'hectares ont été brûlés par les incendies qui continuent de ravager l'Australie, célébrités et anonymes s'organisent pour venir en aide à ce pays. En France, plusieurs associations australiennes, comme Wires ou Science for Wildlife, permettent de soutenir les sauveteurs d'animaux sauvages. Une cagnotte a également été lancée sur Facebook pour aider les pompiers de Nouvelle-Galles du Sud. L'acteur Chris Hemsworth, qui vit à Byron Bay, dans l'est de l'Australie, a, lui, donné un million de dollars.

Mais c'est une curieuse initiative née en Californie qui a particulièrement retenu l'attention des internautes de franceinfo. Le 4 janvier, une Américaine du nom de Kaylen Ward travaillant pour la plateforme pornographique OnlyFans a publié un étonnant message sur Twitter*. 

Le tweet original de Kaylen Ward (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

"J'enverrai des photos [de moi] nue à toute personne qui donnera au moins 10 dollars à l'une de ces collectes de fonds contre les incendies en Australie", écrit la jeune femme de 20 ans, qui vit à Los Angeles. Elle explique qu'elle enverra une photo en message privé pour chaque versement de 10 dollars – sans préciser si ce sont des dollars américains ou australiens –, en demandant qu'une confirmation de don lui soit envoyée. Sur la liste jointe à son tweet* et vraisemblablement reprise d'une autre publication*, on trouve ainsi des organisations de pompiers (majoritairement bénévoles), la Croix-Rouge australienne ou encore des associations écologistes. 

Très vite, les messages intéressés affluent. Kaylen Ward assure avoir reçu, en moins d'une journée, des justificatifs de dons d'une valeur totale supérieure à 10 000 dollars. Des dons de 10, 20 ou même 5 000 dollars*. Un succès tel que l'Américaine se surnomme désormais "The naked philanthropist" (la philanthrope nue). D'après le Daily Mail*, 20 000 messages lui ont été envoyés en 24 heures, ce qu'illustre une vidéo publiée sur son compte Twitter et affichant des centaines de messages non lus.

Sur Twitter, les réactions sont partagées : si le procédé n'est pas approuvé par tous, les dons engrangés suscitent l'admiration. Un internaute a même lancé une pétition pour proposer la candidature de Kaylen Ward au prix Nobel de la paix*. Comme l'affirme la jeune femme au Guardian*, ce procédé n'a pourtant rien d'extraordinaire car c'est ainsi qu'elle gagne sa vie. "J'utilise déjà mon compte Twitter pour gagner de l'argent en vendant des photos de nu… J'ai une base de fans loyale qui achète du contenu et c'est comme cela que je paie mes factures."

Au total, l'Américaine, qui dit avoir elle-même donné 1 000 dollars, assure avoir permis le versement d'un million de dollars* pour l'Australie, sans que cette estimation puisse être vérifiée. Elle confie au Guardianavoir été dépassée par sa proposition et par l'afflux continu de demandes. Elle a finalement décidé d'y mettre un terme, trois jours après son premier message : "Juste pour être claire, je n'enverrai plus de photo à quiconque. Ce n'est pas possible. Vous pouvez en tout cas vous réjouir d'avoir donné." 

Loin d'en rester là, l'initiative a très vite été reprise par d'autres travailleuses du sexe du nom de Jenna Lee, Emmy Elliott ou encore Aphrodite Aeria, en citant Kaylen Ward. Jaylene Cook, notamment mannequin pour Playboy, a quant à elle décidé d'utiliser une plateforme de financement participatif* pour recueillir des dons en échange d'un album photo et d'un accès à ses archives photographiques. 

Coup de pub ou altruisme démesuré ? Kaylen Ward est en tout cas passée de 20 000 abonnés sur Twitter à près de 320 000 en trois jours, d'après les données du site Social Blade*. Face aux accusations d'autopromotion, la jeune Américaine s'est défendue : "J'ai levé un million de dollars pour l'Australie au prix de mon corps nu exposé sur internet devant des millions et des millions de personnes, explique-t-elle dans un tweet* daté du 7 janvier. C'est effrayant d'être aussi vulnérable et exposée aux yeux de tous. Mais je l'ai fait parce que je voulais faire quelque chose de bien." Elle affirme cependant être victime de harcèlement* depuis la publication de son premier message et avoir dû rompre le contact* avec sa famille.

Et malgré les sommes recueillies pour l'Australie, Facebook a supprimé son compte Instagram pour avoir violé les standards de la communauté sur la sollicitation sexuelle, qui interdisent notamment d'offrir des photos, vidéos ou images de personnes nues. Elle a ainsi perdu les 50 000 utilisateurs qui la suivaient jusqu'ici. Comme l'expose le magazine Rolling Stone*, plusieurs plateformes de financement participatif et même des organisations caritatives ont témoigné ces dernières années de leur hostilité vis-à-vis des travailleurs du sexe : en 2015, une de ces plateformes a par exemple clôt la collecte de dons d'un travailleur du sexe souhaitant financer ses traitements médicaux.

* Lien en anglais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.