En Tasmanie, 180 cétacés sont coincés dans une baie

Des globicéphales se sont retrouvés piégés dans les eaux peu profondes de Macquarie Harbour. Une opération de sauvetage a été lancée, mais de nombreux animaux sont déjà morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des globicéphales coincés dans la baie de Macquarie Harbour (Australie), le 21 septembre 2020. (SOCIAL MEDIA / REUTERS)

Désastre écologique en Tasmanie. Environ 90 globicéphales, des animaux marins de la famille des cétacés, sont morts et 180 autres sont toujours coincés dans une baie de cette île du sud de l'Australie, ont annoncé mardi 22 septembre les autorités. Une difficile opération de sauvetage a été lancée.

Les scientifiques ont précisé que deux importants groupes de globicéphales s'étaient échoués sur des bancs de sable de Macquarie Harbour, une baie fermée par une passe étroite sur la côte ouest, sauvage et peu peuplée, de Tasmanie. D'après un biologiste australien, environ "un tiers" des animaux sont morts.

Les raisons de cet échouage restent inconnues

Les échouages de mammifères marins sont relativement fréquents en Tasmanie, mais celui-ci est particulièrement préoccupant du fait du nombre important d'animaux concernés. Une soixantaine de personnes sont impliquées dans cette opération de sauvetage qui est compliqué par le froid, l'humidité et un régime de marées irrégulier.

Les sauveteurs devront sélectionner les animaux à sauver, en se concentrant sur ceux qui sont les plus accessibles, et ceux qui semblent en meilleure santé. Quand ces cétacés seront remis à flot, l'autre défi sera d'aider la bande à éviter les bancs de sable de Macquarie Harbour pour regagner la haute mer.

Les scientifiques ne sont pas en mesure d'expliquer avec certitude les raisons de ces échouages massifs. Il se peut que le groupe se soit égaré dans ces eaux pleines d'écueils en s'approchant trop près des côtes pour chasser, ou qu'il ait suivi un ou deux animaux qui s'étaient échoués.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.