Sous-marins australiens : "C’est un désastre diplomatique et industriel", estime Michel Barnier

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 9 min.
Sous-marins australiens : « C’est un désastre diplomatique et industriel », estime Michel Barnier (LR)
France 2
Article rédigé par
C. Roux - France 2
France Télévisions

Michel Barnier, candidat à la primaire de la droite, était l’invité des "4 Vérités", mardi 21 septembre. 

Au-delà de la colère, qu'attendre de Paris sur le dossier de la rupture de contrat de sous-marins par l'Australie ? "C'est un désastre diplomatique et industriel auquel nous venons d'assister. Les mots de Jean-Yves Le Drian sont justes, mais pas suffisants de mon point de vue. Est-ce que ce contrat a été bien accompagné politiquement, diplomatiquement, on peut se poser des questions", explique Michel Barnier (LR), candidat à la primaire de la droite, invité des "4 Vérités", mardi 21 septembre. 

"La France a beaucoup perdu d'influence en Europe"

Que faire ? "Nous devons discuter clairement avec les Américains. L'alliance, ce n'est pas l'allégeance. Et puis réfléchir à nos propres erreurs dans cette grande région indopacifique. (…) Il serait bien que la France réaffirme son attachement à la Nouvelle-Calédonie", estime l'ancien ministre. "La France n'est pas grande quand elle est arrogante, elle n'est pas forte si elle est solitaire", ajoute Michel Barnier. "La France a beaucoup perdu d'influence en Europe depuis une dizaine d'années, un peu partout dans les institutions", précise-t-il. 

Michel Barnier a pris position pour la nécessité de redonner une souveraineté juridique aux Etats européens sur la question de l'immigration. "Tous ceux qui disent ‘on ne va rien changer, on ne va rien toucher', ils n'ont rien compris. On aura d'autres Brexit à ces conditions-là", conclut l'ancien négociateur en chef de l'UE sur le Brexit. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des sous-marins australiens

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.