Vol MH370 : pourquoi le chef des opérations espère trouver l'épave "d'ici quelques jours"

De nouveaux signaux acoustiques ont été détectés dans l'océan Indien. Ils sont considérés comme "compatibles" avec les enregistreurs de vol du Boeing 777.

Le chef des opérations de recherches du vol MH370, Angus Houston, le 7 avril 2014 à Perth (Australie).
Le chef des opérations de recherches du vol MH370, Angus Houston, le 7 avril 2014 à Perth (Australie). (WANG QIAN / JHPHOTO / IMAGINECHINA / AFP)

Ce n'est plus qu'une question de jours. C'est du moins ce qu'espère le chef des opérations de recherches du vol MH370, Angus Houston. "J'espère que dans quelques jours, nous trouverons quelque chose au fond [de la mer] qui confirme qu'il s'agit de la destination finale du MH370", a-t-il déclaré, mercredi 9 avril, depuis Perth (Australie), d'où sont coordonnées les opérations.

Plus d'un mois après la disparition du Boeing 777, l'espoir de retrouver l'appareil renaît après la détection de plusieurs signaux similaires à ceux de ses boîtes noires. Explications.

Quels sont ces nouveaux signaux ?

L'Ocean Shield, un navire australien envoyé sur la zone de recherche, a repéré mardi deux nouveaux signaux acoustiques "compatibles" avec les émissions de boîtes noires. L'une de ces détections a duré 5 minutes et 32 secondes, l'autre environ 7 minutes.

Ces signaux s'ajoutent aux détections réalisées durant le week-end dans la même zone, sur la trajectoire estimée du Boeing 777 de Malaysia Airlines.

Pourquoi un tel espoir ?

Parce que les enregistreurs de vol émettent à une fréquence bien précise, qui les distingue d'autres signaux. "On ne trouve pas [cette fréquence] dans le bruit de fond de l'océan, provenant par exemple des baleines ou d'autres mammifères marins", expliquait il y a quelques jours le fabricant des boîtes noires de l'appareil disparu.

Le fait de découvrir des signaux "compatibles" est donc un élément positif. D'autant que les enquêteurs craignaient que les boîtes noires du Boeing cessent d'émettre après l'expiration de leurs batteries, dont la durée de vie est estimée à 30 jours.

Où ont lieu les recherches ?

Grâce aux données satellite récoltées, les recherches se concentrent désormais sur une zone de l'océan Indien au large de la ville australienne de Perth. Au total, 11 avions militaires, 4 avions civils et 14 navires doivent poursuivre les recherches mercredi à un peu plus de 2 200 kilomètres au nord-ouest de la ville.

Les recherches du vol MH370 se poursuivent, mercredi 9 avril, dans une zone située au nord-ouest de la ville de Perth (Australie).
Les recherches du vol MH370 se poursuivent, mercredi 9 avril, dans une zone située au nord-ouest de la ville de Perth (Australie). (AUSTRALIAN MARITIME SAFETY AUTHORITY / FRANCETV INFO)
 

La zone de recherche est désormais de 75 000 km², contre 7,68 millions il y a quelques semaines, pointe un journaliste du Washington Post sur Twitter. Une fois que celle-ci sera suffisamment circonscrite, le robot sous-marin Bluefin-21, actuellement à bord du navire australien, sera déployé afin de rechercher d'éventuels débris de l'appareil.