Cet article date de plus de sept ans.

Boeing disparu : des avions ont photographié de possibles débris dans la nouvelle zone de recherche

Selon des informations des autorités australiennes, le Boeing 777 volait plus rapidement qu'estimé. Il serait donc tombé en panne de carburant plus tôt, et se serait écrasé dans une zone située plus au Nord que la zone de recherche précédente.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sur cette carte figurent la zone dans laquelle est recherché, vendredi 28 mars, l'avion disparu de la Malaysia Airlines, ainsi que l'ancien périmètre observé.  (AMSA )

Une nouvelle piste, des objets identifiés, mais toujours aucune certitude. Alors que des objets susceptibles d'être des débris de l'avion disparu de la Malaysia Airlines sont quotidiennement repérés dans l'océan Indien par des satellites (sans qu'aucun d'entre eux n'ait pu être réellement récupéré), l'Agence australienne de sécurité maritime (Amsa) annonce, vendredi 28 mars, que la zone de recherche a été modifiée. Francetv info fait le point sur ce que nous savons des dernières investigations. 

Une nouvelle zone de recherche

Le changement de zone intervient après de nouveaux calculs de trajectoire du Boeing 777, disparu le 8 mars. L'analyse des données des radars militaires de la Malaisie et des lectures satellites effectués par les enquêteurs américains, chinois, britanniques et malaisiens montre que l'avion disparu a voyagé plus vite que ce qui avait été calculé précédemment. Il aurait donc manqué de carburant plus tôt que prévu et se serait écrasé dans l'océan Indien, mais dans une zone située plus au nord.

Enfin, selon l'Agence australienne de sécurité des transports (ATSB), "la trajectoire potentielle de l'avion est susceptible d'être encore affinée au gré des analyses réalisées par l'équipe d'enquête internationale". "Il s'agit de la piste la plus crédible concernant la localisation possible des débris. Nous allons minutieusement [la] vérifier aujourd'hui", assure le Premier ministre australien, Tony Abott, trois jours après que la Malaisie a officiellement annoncé que le vol MH370 avait "fini dans le sud de l'océan Indien".

Des objets de couleurs observés par des avions

Plusieurs avions ont repéré différents objets peut-être liés à l'avion dans cette nouvelle zone de recherche, rapporte l'agence Reuters. L'Australie a déclaré vendredi que cinq avions ont repéré "plusieurs objets de différentes couleurs" dans la nouvelle zone de recherche. "Des photos de ces objets ont été prises et seront évaluées dans la nuit", précise l'Amsa. "Ces objets ne peuvent pas être analysés ou associés au MH370 tant qu'ils n'auront pas été récupérés par des navires", ajoute, prudente, l'Agence australienne de sécurité maritime.

La poursuite des recherches

Après la suspension des opérations jeudi, pour cause de mauvais temps, dix avions ont fait route vendredi vers la nouvelle zone de recherche. Cette dernière, située à 1 100 km au nord-est de celle qu'ils survolaient depuis une semaine, à plus de 2 000 km des côtes australiennes, s'étend sur 319 000 km2 (soit l'équivalent de la taille de la Pologne).

La nouvelle zone de recherche est plus grande, mais plus proche de Perth (Australie), permettant aux avions de survoler plus longtemps le site de recherche, en raccourcissant les temps de déplacement. Cette zone est également beaucoup plus favorable en terme de conditions météorologiques que la précédente.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.