Cet article date de plus de sept ans.

Apolline Verlon-Raizon : "Dès que j’apprends un nouvel enlèvement, ça rouvre la plaie"

Le 2 novembre 2013, Claude Verlon, envoyé spécial de RFI, est enlevé puis tué au Mali alors qu’il est en reportage avec la journaliste, Ghislaine Dupont. Un an après, Apolline Verlon-Raizon, sa fille, témoigne sur France Info.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 Il y a un an, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, journalistes de RFI, étaient assassinés au Mali, après avoir été enlevés à Kidal, dans le Nord-est du pays, par des hommes armés. Hier dimanche, une cérémonie s’est tenue à Bamako en leur mémoire, avec la première remise d’une bourse portant leurs noms et s’adressant à des journalistes.

 

Apolline Verlon-Raizon était à Bamako pour remettre l’une des récompenses. Un moment important pour elle. "C’était très émouvant. C’était la première fois que je retournai au Mali, et j’étais un peu partagée. J’avais une appréhension, mais j’étais très heureuse de pouvoir remettre ce prix. C’était très fort et nous avons passé trois jours intenses.

L’enquête progresse

Après l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, on avait évoqué une enquête rapide. Pourtant, les assassins courent toujours et on a l’impression que les choses stagnent.

 

"On avance, mais il y a le secret de l’instruction. L’enquête est longue, elle a mis du temps à démarrer, au début des noms sont sortis comme cela, mais nous avons un juge, Marc Trévidic qui est très impliqué et qui ouvrira toutes les portes et ne lâchera rien. "

 

Le coeur de l'enquête c'est la ville de Kidal qui n’est plus accessible car devenue une zone de non-droit. "On ne sait pas ce qu’il s’y passe, donc c’est très compliqué, mais je ne perds pas espoir que l’on puisse  y mettre les pieds en 2015. "

L’héritage de son père

Comme son père et sa mère, Apolline Verlon-Raizon travaille à RFI. "J’ai grandi dans la maison de la radio, maintenant on est à Issy-les-Moulineaux mais il y a toujours cet fraternité, cet esprit de famille très fort. Je suis passionnée mais je ne sais pas si j’aurais les épaules pour pouvoir faire comme mon père. "

Cette année 2014 a été très difficile pour les journalistes et très violente en raison des nombreux enlèvements et assassinats. Des moments loin d'êtres anodin pour Apolline Verlon-Raizon : "Dès que j'apprends qu'il y a un nouvel enlèvement ou assassinat, ça rouvre la plaie et je pense beaucoup à la famille qui doit être meurtrie et ne pas comprendre pourquoi ça arrive si vite. "

"L'enquête est longue, mais on avance", déclare Apolline Verlon-Raizon
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.