Cet article date de plus de huit ans.

Triche, drogue et missiles balistiques, le scandale qui éclabousse l'armée de l'air américaine

Depuis plusieurs mois, les incidents se succèdent au sein des unités chargées d'entretenir et de lancer les 450 missiles intercontinentaux américains. Trente-quatre officiers ont été suspendus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un missile Minuteman dans son silo de lancement sur la base de Warren (Wyoming), le 9 septembre 1965. (LOWELL GEORGIA / NATIONAL GEOGRAPHIC / GETTY IMAGES)

Il y a du relâchement au sein de l'armée américaine. La secrétaire de l'US Air Force, Deborah Lee James, a organisé, mercredi 15 janvier, une conférence de presse impromptue pour annoncer la suspension de 34 officiers pour tricherie à un examen de routine de leurs compétences. L'affaire a été découverte à la faveur d'une autre enquête sur des cas de possession de drogues par certains officiers.

Stationnés sur la base de Malmstrom (Montana, nord-ouest), ils sont accusés de s'être échangé des réponses à un examen mensuel de compétences. Ils représentent près de 20% du nombre d'officiers chargés de gérer et potentiellement tirer les 150 missiles nucléaires dont ils ont la charge. 

Portes ouvertes et inaptitudes

Le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, s'est dit "profondément troublé", car depuis plusieurs mois, les incidents se succèdent au sein des unités chargées d'entretenir et de lancer les 450 missiles intercontinentaux américains (ICBM).

Ainsi, en octobre, quatre officiers ont été sanctionnés pour avoir laissé ouverte la porte qui mène au poste de lancement de missile censée être fermée en permanence. En août, c'est une inspection de l'armée de l'air qui a jugé "insatisfaisante" l'unité chargée du contrôle des missiles intercontinentaux. Enfin, trois mois plus tôt, dix-sept officiers d'une autre base s'étaient vu retirer leur certification après une mauvaise évaluation de leurs aptitudes à mener des opérations de lancement.

Pire, la hiérarchie n'est pas en reste. Le numéro deux du commandement des forces stratégiques a été renvoyé à l'automne après avoir été soupçonné de contrefaire des jetons de casino. Dans le même temps, un autre général, responsable des missiles intercontinentaux, a été mis en cause pour des problèmes liés à l'alcool.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.