Etats-Unis : se mettre le feu, une nouvelle mode dangereusement crétine

De nombreux jeunes ont déjà été soignés pour des brulûres dans certains hôpitaux américains.

Mercredi 30 juillet, le site The Daily Dot attire l\'attention sur un phénomène dangereux, baptisé #ChallengeFire, consistant à se mettre le feu et à poster la vidéo sur les réseaux sociaux. 
Mercredi 30 juillet, le site The Daily Dot attire l'attention sur un phénomène dangereux, baptisé #ChallengeFire, consistant à se mettre le feu et à poster la vidéo sur les réseaux sociaux.  (ULRICH BAUMGARTEN / GETTY IMAGES )

Après la "Neknomination" et la vague de défis "à l'eau ou un resto", les jeunes internautes ont trouvé un nouveau moyen de mettre leur vie en danger pour épater leurs amis sur les réseaux sociaux : l'auto-immolation par le feu. Mercredi 30 juillet, le site The Daily Dot (en anglais) attire l'attention sur ce phénomène dangereux, baptisé #ChallengeFire.

"La mode n'est pas tout à fait nouvelle, mais elle semble avoir pris de l'ampleur la semaine dernière", écrit le site américain, montrant plusieurs vidéos dans lesquelles des jeunes gens s'enduisent de liquides inflammables avant de se mettre le feu sur une partie du corps avec un briquet.

"Je reviens de l'hôpital, LOL"

"A Lexington dans le Kentucky, un garçon de 15 ans souffre de brûlures au second degré après s'être mis le feu au niveau du torse", poursuit l'article. Sur Twitter, la plupart des messages identifiés avec le hashtag #ChallengeFire se désole face à cet engouement. Mais d'autres s'en amusent, n'hésitant pas à poster (ou à prétendre poster) leurs propres "exploits". "Je reviens juste de l'hôpital, LOL", écrit à grand renfort d'émojis cette jeune fille, filmée dans sa douche, mettant le feu à sa poitrine. Un autre se vante d'avoir "mis le feu à sa main".

Des conséquences dramatiques 

Interrogé par la chaîne KCTV5 (en anglais), l'hôpital de l'université du Kansas assure qu'une dizaine de patients par semaine présentent des brûlures causées par ce genre de défi. "Ils s'enflamment les jambes et malheureusement, cela aboutit à des brûlures au troisième degré nécessitant une greffe de peau", explique le docteur Dhaval Bhavsar, cité par la chaîne.

"Les gens n'ont pas conscience des conséquences. Cela va au-delà de la blague sur YouTube et cela laisse des séquelles qui peuvent être permanentes", s'alarment les pompiers de la localité d'Overland Park (Kansas). Lesquels tentent d'alerter sur les dangers de cette pratique à haut risque, en plus d'être particulièrement crétine.