Pour éviter l'amende, un physicien démontre par A + B qu'il n'a pas grillé un stop

Dmitri Krioukov, un physicien de l'université de San Diego, affirme avoir réussi à convaincre un juge qu'il était innocent, graphiques et calculs mathématiques à l'appui.

Capture d\'écran de \"The Proof of Innoncence\", article publié le 1er avril 2012 par Dmitri Krioukov.
Capture d'écran de "The Proof of Innoncence", article publié le 1er avril 2012 par Dmitri Krioukov. (FTVI)

Ecrit en LaTeX, avec formules et graphiques à l'appui, le document a tout d'un article scientifique classique. Mais son auteur, Dmitri Krioukov, l'a rédigé dans un but bien particulier : éviter l'amende qui venait de lui être infligée pour avoir grillé un stop. 

Ce physicien de l'université de Californie, à San Diego, affirme avoir été verbalisé à tort : il aurait bien marqué l'arrêt au panneau indicateur. Menacé d'une amende de plus de 300 euros, Dmitri Krioukov se met au travail pour convaincre le juge. Et publie ses calculs dans un article intitulé The Proof of Innocence (La preuve de l'innocence).

Une erreur de perception, selon le physicien

Son argumentaire est le suivant : l'agent, positionné à la perpendiculaire de la route sur laquelle se situait le stop, a été induit en erreur par un effet lié à sa position. Le site américain spécialisé PhysicsCentral, qui a le premier rapporté cette histoire, explique la défense de Krioukiov en faisant l'analogie avec un train que l'on regarderait passer sur une voie ferrée : de loin, lorsqu'il est à l'approche, le train paraît se déplacer lentement. Mais à mesure qu'il se rapproche de l'observateur, il semble aller de plus en plus vite, pour finalement passer en trombe devant ses yeux. Cet effet nous conduit à surestimer la vitesse réelle de l'objet.

Une deuxième circonstance aurait, selon le physicien, conduit à l'injustice : une voiture stationnée à côté de la sienne au moment des faits aurait empêché l'officier de police de voir l'arrêt très bref du conducteur, qui a rapidement redémarré. L'agent aurait cru voir un véhicule accélérant et dépassant le stop. Conclusion : "A la suite de cette malheureuse coïncidence, la perception de O [pour officier] ne reflétait pas correctement la réalité".

L'argumentaire aurait suffi à convaincre le juge, qui a abandonné les poursuites, affirme Krioukov. Mais le chercheur s'est permis un ultime pied de nez : "Je demande à [vos] lecteurs de trouver la faille dans l'explication", indique-t-il à PhysicsCentral. Le challenge n'a, pour l'instant, pas été relevé.