Cet article date de plus de dix ans.

Le chômage aux Etats-Unis à son plus bas niveau depuis début 2009

La proportion de sans-emplois atteint 8,5 % dans le pays, en baisse de 0,2 point par rapport à novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un demandeur d'emploi cherche du travail lors d'un salon de recrutement à New-York, en novembre 2011. (FRANCES M. ROBERTS / NEWSCOM / SIPA)

La décrue du chômage se confirme aux Etats-Unis. Les embauches s'y sont accélérées en décembre et le taux de chômage a poursuivi sa baisse pour tomber à son niveau le plus faible depuis février 2009. Le gouvernement indique vendredi 6 janvier que 8,5 % de la population active est au chômage, un chiffre en recul de 0,2 point par rapport à novembre.

Le taux de chômage a baissé pendant quatre mois d'affilée. Sur l'ensemble de l'année, il a reculé de 0,9 point. Les chiffres du ministère du Travail concernant les embauches sont tout aussi encourageants puisqu'ils montrent que l'économie américaine a créé 200 000 emplois de plus qu'elle n'en détruisait en décembre.

Selon les chiffres officiels, tous les domaines d'activités ont été créateurs nets d'emplois en décembre, à l'exception du secteur public, qui a continué d'en supprimer, à hauteur de 12 000 au mois de décembre.

Une bonne nouvelle pour le candidat Barack Obama

La Maison Blanche veut une croissance économique plus forte. Pour cela, elle juge "très important" que le Congrès adopte un certain nombre de mesures de relance comme la prolongation des allocations pour les chômeurs en fin de droits et les réductions d'impôt pour les classes moyennes. Les élus ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente sur ces mesures, proposées depuis plusieurs mois par le président américain Barack Obama.

Se gardant de tout triomphalisme, Barack Obama a déclaré vendredi de son côté à Washington que l'économie allait "dans la bonne direction", mais a souligné que"nombreux [étaient] ceux qui souffrent encore" des effets de la crise. 

Ces chiffres devraient toutefois apporter, à dix mois de la présidentielle, des munitions à la campagne du président américain, candidat à sa propre succession et dont les opposants républicains ne cessent de critiquer la politique économique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.