LA PHOTO. Le Venezuela a faim

Selon le Fonds monétaire international (FMI), la situation économique au Venezuela «n'est pas tenable» à moyen terme. Après une inflation de 180,9% en 2015, soit la plus élevée du monde, l'institution table sur le chiffre de 700% cette année. La dégradation des capacités de production, la chute du prix du brut, le rationnement de l'électricité pèsent de plus en plus sur les Vénézuéliens.

Comme elle, les Vénézuéliens font des heures de queue chaque jour depuis des mois devant des magasins presque vides. Tirant la quasi-totalité de ses ressources de la vente du pétrole –les réserves du Venezuela sont les plus importantes du monde – le pays s\'est trouvé fort dépourvu lorsque le prix du baril a chuté. Résultat: pénurie des denrées essentielles, manque d\'eau (en partie à cause de la sécheresse due au phénomène El Niño), création de nouveaux jours fériés, réduction du temps de travail des fonctionnaires à deux jours par semaine, non paiement du salaire des députés... La liste est longue des mesures prises à la hâte et sans doute insuffisantes pour améliorer une situation qui se dégrade un peu plus chaque jour.
Comme elle, les Vénézuéliens font des heures de queue chaque jour depuis des mois devant des magasins presque vides. Tirant la quasi-totalité de ses ressources de la vente du pétrole –les réserves du Venezuela sont les plus importantes du monde – le pays s'est trouvé fort dépourvu lorsque le prix du baril a chuté. Résultat: pénurie des denrées essentielles, manque d'eau (en partie à cause de la sécheresse due au phénomène El Niño), création de nouveaux jours fériés, réduction du temps de travail des fonctionnaires à deux jours par semaine, non paiement du salaire des députés... La liste est longue des mesures prises à la hâte et sans doute insuffisantes pour améliorer une situation qui se dégrade un peu plus chaque jour. (Carlos GARCIA RAWLINS / REUTERS)
Avril 2016: les maigres réserves de nourriture d'Antonia Torres, à Caracas. Comme elle, les Vénézuéliens font des heures de queue chaque jour depuis des mois devant des magasins presque vides. Tirant la quasi-totalité de ses ressources de la vente du pétrole –les réserves du Venezuela sont les plus importantes du monde – le pays s'est trouvé fort dépourvu lorsque le prix du baril a chuté. Résultat: pénurie des denrées essentielles, manque d'eau (en partie à cause de la sécheresse due au phénomène El Niño), création de nouveaux jours fériés, réduction du temps de travail des fonctionnaires à deux jours par semaine, non paiement du salaire des députés... La liste est longue des mesures prises à la hâte et sans doute insuffisantes pour améliorer une situation qui se dégrade un peu plus chaque jour.