L'ancien dictateur argentin Jorge Videla est mort

Agé de 87 ans, il avait été condamné pour atteintes aux droits de l'homme durant sa présidence (1976-1981).

Jorge Videla lors de son procès à Buenos Aires, le 5 juillet 2012.
Jorge Videla lors de son procès à Buenos Aires, le 5 juillet 2012. (JUAN MABROMATA / AFP)

L'ancien dictateur argentin Jorge Rafael Videla est mort, vendredi 17 mai, à l'âge de 87 ans. Condamné à la prison à perpétuité pour la répression sanglante durant sa présidence (1976-1981), il était incarcéré dans la prison de Marcos Paz, près de Buenos Aires. 

Il est décédé dans sa cellule, a assuré la porte-parole des militaires emprisonnés. "[Jeudi], il ne se sentait pas bien, il n'a pas voulu dîner et ce matin, ils l'ont trouvé mort dans sa cellule", a déclaré à la presse Cecilia Pando, présidente de l'Association des familles et amis de prisonniers politiques de l'Argentine. Les causes exactes de sa mort n'étaient pas connues vendredi.

Condamné pour crime contre l'humanité

L'ancien dictateur argentin Jorge Videla avait été condamné à la prison à perpétuité pour sa répression sanglante durant sa présidence (1976-1981). Privé de liberté depuis 2008, il purgeait des peines pour  crime contre l'humanité et le vol de bébés d'opposants. Il avait d'abord été placé en détention préventive dans l'attente de ses multiples procès.

Mardi, il a été entendu à Buenos Aires lors d'une audience du procès consacré au plan Condor, un réseau de répression des opposants créé par les dictatures militaires d'Amérique du sud dans les années 1970 et 1980. Comme à son habitude, il a refusé de reconnaître la justice civile. Les organisations de défense des droits de l'homme accusent les militaires au pouvoir à Buenos Aires de 1976 à1983 d'avoir fait disparaître 30 000 personnes et d'en avoir torturé ou emprisonné des centaines de milliers d'autres.