Basket : Donald Sterling sort de son silence après ses propos racistes

Le propriétaire de l'équipe de basket des Los Angeles Clippers s'est exprimé pour la première fois depuis la divulgation d'un enregistrement dans lequel il demande à sa petite amie de ne pas se montrer en compagnie de Noirs. 

Donald Sterling, le 25 octobre 2013 à Los Angeles (Etats-Unis).
Donald Sterling, le 25 octobre 2013 à Los Angeles (Etats-Unis). (MARK J. TERRILL/AP/SIPA / AP)

Pour la première fois depuis que ses propos racistes ont été rendus public, Donald Sterling, le propriétaire des Los Angeles Clippers suspendu à vie par la NBA, est sorti de son silence vendredi 2 mai.

A la surprise générale, l'octogénaire a choisi de s'exprimer dans un magazine peu connu, spécialisé dans l'art de vivre et destiné aux riches habitants de Los Angeles. "J'aurais dû acheter son silence", a-t-il déclaré au magazine DuJour, à propos de Vanessa Stiviano, celle qui est présentée comme sa maîtresse et qui aurait déclenché l'affaire en remettant au site internet TMZ un enregistrement contenant les propos racistes de Sterling.

Le milliardaire, dont la fortune réalisée dans l'immobilier est estimée à 1,9 milliard de dollars, a confié qu'il ne s'exprimerait plus qu'en face des dirigeants de la NBA, la Ligue nord-américaine de basket, qui veulent le forcer à vendre son équipe, ou de Barbara Walters, une journaliste de la chaîne de télévision ABC célèbre pour ses interviews de personnalités.

"Ce genre de discussions, il y a en eu plusieurs"

Dans le même temps, Vanessa Stiviano a donné sa version des faits lors d'une interview accordée justement à la chaîne ABC. La jeune femme de 31 ans, silencieuse juque-là, a tenu à faire une mise au point. Elle a assuré qu'elle n'était pas à l'origine de la divulgation de l'enregistrement mais reconnu qu'elle avait bien enregistré cette conversation. Elle l'avait ensuite confiée à un ami qui l'aurait, de sa propre initiative, transmis à son tour au site internet TMZ.

La jeune femme n'a laissé aucun doute sur le fait que Donald Sterling tenait régulièrement des propos racistes. "Ce genre de discussions entre M. Sterling et moi, il y en a eu plusieurs. Ce que tout le monde a entendu, c'est seulement un enregistrement de 15 minutes, mais il pourrait y avoir eu des heures" d'entregistrement identique, a-t-elle expliqué. Celle qui fut l'assistante personnelle du promoteur immobilier a toutefois refusé de le qualifier de raciste mais estimé que Sterling devait présenter ses excuses: "Mais seul Dieu sait s'il va le faire", a-t-elle conclu.