Cet article date de plus de sept ans.

En images Canada : 24 photos pour comprendre l'ampleur de l'incendie qui frappe Fort McMurray

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour

Un gigantesque incendie ravage une région pétrolière de l'Ouest canadien depuis le 1er mai. Dimanche, la baisse des températures et de faibles pluies a redonné de l'espoir aux pompiers canadiens.

La catastrophe s'étend sur des dizaines et des dizaines de kilomètres, jetant sur la route plus de 100 000 habitants. 

Les flammes se mélangent aux aurores boréales dans le ciel de Fort McMurray, dans l'Ouest canadien. Mais derrière le cliché, splendide, se cache la dure réalité : les feux de forêts ont déjà ravagé depuis le 1er mai plus de 100 000 hectares.  (MARK BLINCH / REUTERS)
Les secours reprennent, samedi 7 mai, les opérations d'évacuation de cette région pétrolière dévastée par cet incendie géant, avec la peur de voir sa taille doubler dans la journée. (MARK BLINCH / REUTERS)
Le brasier géant pourrait doubler d'ici samedi soir, selon le directeur du service des incendies de l'Alberta. Dans cette région productrice de pétrole extrait des sables bitumineux, l'incendie ne pourra pas être éteint "avant très longtemps" à moins qu'il y ait beaucoup de pluie, ajoute-t-il. (COLE BURSTON/ / AFP)
Les prévisions météorologiques annoncent une hausse des températures qui pourraient atteindre 28°C et un temps sec, de quoi intensifier le gigantesque incendie. (MARK BLINCH / REUTERS)
Quelque 88 000 personnes, soit la totalité de la ville de Fort McMurray, ont été évacuées par mesure de sécurité alors que les secours ne parviennent pas à contenir le sinistre. (COLE BURSTON/ / AFP)
Vendredi, la police a escorté environ 2 000 véhicules pour permettre aux sinistrés pris au piège des feux au nord de Fort McMurray de s'échapper vers le sud. La veille, des habitants traumatisés avaient été évacués au compte-goutte par convois de 50 voitures. La police, épaulée par trois hélicoptères de l'armée, coupait la route lorsque les flammes se rapprochaient trop. (COLE BURSTON/ / AFP)
Les 2 000 sinistrés pris au piège vendredi ont finalement pu s'échapper vers le sud en découvrant des quartiers ravagés où, pour certains évacués, leur habitation n'est plus que cendres. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
"Nous avons vu, le cœur serré, les photos prises par les habitants qui ont traversé Fort McMurray" et "cela ne fait aucun doute que les dégâts sont étendus" avec "des mois pour reconstruire", met en garde la Première ministre de l'Alberta.  (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
De nombreux habitants n'ont vu que des décombres "noircis et fumants" et ne reconnaissent plus leur ville.  (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Vendredi, plus de 1 100 pompiers se débattaient sur le terrain avec 49 foyers différents, dont sept totalement hors de contrôle. Les importants moyens déployés sur le terrain ne permettent pas de circonscrire les incendies mais simplement de protéger des bâtiments ou des infrastructures vitales, reconnaissent les autorités. (CHRIS WATTIE / REUTERS)
"Actuellement, c'est de pluie dont nous avons absolument besoin", explique le directeur du service des incendies de l'Alberta en assurant qu'il faudra "des semaines et des semaines avant de pouvoir éteindre ces feux". (COLE BURSTON / AFP)
"Le feu continue de brûler sans aucun contrôle" mais en se déplaçant vers le nord-est, soit vers la forêt boréale où il n'y a plus aucun habitat, précise la Première ministre de l'Alberta.  (COLE BURSTON / AFP)
"La situation reste imprévisible et dangereuse", rappelle samedi le ministre de la Sécurité publique canadien.  (REUTERS)
Les autorités ont lancé de nouveaux appels aux sinistrés afin de procéder à un recensement précis des besoins. Selon le maire d'Edmonton, "le logement sera un enjeu majeur". La capitale de l'Alberta a équipé des centres d'hébergement où 4 400 lits attendent une partie des sinistrés du nord de Fort McMurray. (MARK BLINCH / REUTERS)
Pour répondre aux premières nécessités d'urgence pour les évacués, souvent partis en toute hâte sans forcément avoir eu le temps de boucler une valise, le gouvernement provincial a promis une aide immédiate de 100 millions de dollars canadiens (68 millions d'euros). (COLE BURSTON/ / AFP)
Certains véhicules tout simplement sont partis en fumée, comme tout le reste aux alentours. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Du mobilier, il ne reste que les armatures calcinées. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /AFP)
Au milieu de quartier devenu gris cendre, une touche de couleur : cette balançoire, qui n'a pas été complètement détruite. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Equipés de masques à gaz, des inspecteurs inspectent des vestiges. (RCMP ALBERTA / ALBERTA RCMP / AFP)
Et sans surprise, les zones forestières touchées par les violentes flammes sont complètement dévastées. (SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
Cette photo prise par un satellite de la Nasa montre la situation, le jeudi 6 mai. L'incendie gigantesque est qualifié par les autorités d'"imprévisible et dangereux". (NASA / AFP)
A une altitude moins élevée, l'incendie bouche l'horizon. (MAXPPP)
Vu du sol, c'est une montagne de fumée qui s'élève dans le ciel. (REUTERS)
Cette vue d'ensemble offre un aperçu de la désolation qui règne dans ce quartier de Fort McMurray. (REUTERS)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.