Cet article date de plus de huit ans.

Etats-Unis : un deuxième touriste touché par la peste dans le parc de Yosemite

Cet Américain avait visité le parc californien début août, avant de tomber malade.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Yosemite Park est l'un des parcs nationaux les plus visités des Etats-Unis, avec quatre millions de visiteurs par an. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Non, la peste n'est pas éradiquée, même dans les pays les plus riches. Un deuxième touriste l'a contractée début août après avoir visité le parc de Yosemite, en Californie, l'un des plus populaires des Etats-Unis avec quelque quatre millions de visiteurs par an, ont indiqué mardi les autorités. La maladie, qui semait autrefois la terreur, se soigne désormais facilement avec des antibiotiques quand elle est identifiée. 

Originaire de Géorgie, dans le sud-est des Etats-Unis, le patient s'était rendu en vacances dans le Yosemite et le massif montagneux de la Sierra Nevada avant de tomber malade, selon le service de santé publique de Californie (CDPH). Il est actuellement hospitalisé.

Un enfant avait contracté la maladie à la mi-juillet

Ce nouveau cas est dévoilé à peine quelques jours après celui d'un enfant qui avait contracté la maladie après avoir visité le parc naturel, mais a été, depuis, guéri, avaient indiqué les autorités le 6 août. Le camping où l'enfant avait séjourné à la mi-juillet, un site très populaire du parc, a été fermé pendant quatre jours pour être traité contre la peste. Tous les repères de rongeurs devaient être traités avec un anti-puces, selon les autorités. Ce sont ces puces qui, en piquant des rats infectés puis des êtres humains, peuvent transmettre la maladie.

"Les avertissements sur la peste diffusés par les autorités californiennes ont été très utiles jusqu'en Géorgie [car ils ont] permis à ce patient de recevoir rapidement l'attention médicale nécessaire pour se remettre de cette maladie", a déclaré le docteur Karen Smith, directrice du CDPH dans un communiqué."En éliminant les puces, nous réduisons le risque couru par les humains et nous brisons le cercle de transmission entre les rongeurs sur le site même", avait-elle ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.