Etats-Unis : Chris Christie, futur candidat républicain à la Maison Blanche ?

Ce modéré de 51 ans a facilement conservé, mardi, son fauteuil de gouverneur du New Jersey. Une victoire qui pourrait lui ouvrir une voie royale vers la primaire républicaine pour l'élection présidentielle de 2016.

Le républicain Chris Christie, après avoir de nouveau remporté le siège de gouverneur du New Jersey (Etats-Unis), à Asbury Park, le 5 novembre 2013. 
Le républicain Chris Christie, après avoir de nouveau remporté le siège de gouverneur du New Jersey (Etats-Unis), à Asbury Park, le 5 novembre 2013.  (MIKE SEGAR / REUTERS)
Son nom ne vous dit peut-être rien. Mais il pourrait bien revenir en boucle d'ici à 2016 : Chris Christie a conservé haut la main son fauteuil de gouverneur du New Jersey, mardi 5 novembre, à l'occasion des élections locales qui avaient lieu aux Etats-Unis ce jour-là, et qui ont notamment vu le démocrate Bill de Blasio remporter la mairie de New York. 
 
Gouverneur depuis janvier 2010, le républicain Chris Christie a écrasé son adversaire démocrate Barbara Buono, avec quelque 60% des voix. Un scrutin suivi de près par les observateurs politiques américains dans la perspective des élections de mi-mandat, l'année prochaine.
 
Cette victoire, attendue, de Chris Christie, pourrait lui ouvrir une voie royale vers la primaire républicaine pour l'élection présidentielle américaine de 2016. Qui est cet homme de 51 ans au caractère bien trempé ? Francetv info dresse le portrait de celui qui disputera peut-être la prochaine bataille pour la Maison Blanche. 

Le héros de la tempête Sandy

C'est sans doute ce qui a marqué un tournant dans sa carrière politique, comme l'analyse le Washington Post. Peu après l'ouragan Sandy, qui a frappé la côte est des Etats-Unis en octobre 2012, Chris Christie déambule en veste polaire sur les côtes ravagées de son Etat. Son engagement pendant les opérations de secours et auprès sinistrés a été très apprécié.

Au passage, Chris Christie se fait remarquer par une petite phrase. Après avoir, logiquement, soutenu le candidat républicain Mitt Romney, le gouverneur du New Jersey fait un vrai "cadeau" au président sortant en saluant sa gestion de l'ouragan, à quelques semaines de l'élection présidentielle. L'aile dure de son parti s'étrangle de rage, mais sa côte de popularité grimpe en flèche.

Le gouverneur républicain Chris Christie et le président Barack Obama à l\'aéroport d\'Atlantic City (New Jersey) le 31 octobre 2012. 
Le gouverneur républicain Chris Christie et le président Barack Obama à l'aéroport d'Atlantic City (New Jersey) le 31 octobre 2012.  (LARRY DOWNING / REUTERS)

En janvier 2013, Chris Christie étrille la majorité républicaine à la Chambre des représentants, leur reprochant d'avoir traîné à voter une aide financière pour les victimes de Sandy. Fin mai, il est encore aux côtés du président Obama, venu saluer les progrès de la reconstruction dans les zones côtières de son Etat.

Un républicain qui plaît aux démocrates

La capacité de Chris Christie à rassembler et à gagner dans un Etat démocrate comme le New Jersey n'a pas échappé aux stratèges. Les républicains, profondément divisés, sont en effet au plus bas dans les sondages, après la récente crise du budget à Washington, poussée par sa mouvance la plus à droite, le Tea Party. 
 
Par rapport à 2009, Chris Christie a progressé notamment chez les femmes, les Hispaniques et les Noirs, trois groupes que les républicains ont du mal à séduire au niveau national. Et pour cause. L'homme a souvent montré qu'il était prêt à travailler étroitement avec des personnalités démocrates, une attitude de nature à séduire l'électorat du New Jersey, un Etat dans lequel les citoyens enregistrés en tant que démocrates ou indépendants sont plus nombreux que ceux qui ont choisi le camp républicain.
 
Si Chris Christie est un vrai républicain sur le plan économique – il est connu pour avoir mené un vrai bras de fer contre les syndicats du secteur public du New Jersey –, il se montre plutôt modéré sur les sujets de sociétés. Marié depuis 27 ans, il s'est certes toujours dit personnellement opposé à l'avortement et au mariage gay. Pas question, rapporte Slate, de se fâcher avec la base conservatrice de son parti. Mais il a finalement renoncé à s'opposer à la légalisation du mariage homosexuel dans son Etat.
 
Il a, de la même façon, signé une loi renforçant les contrôles des armes dans le New Jersey après le massacre de Sandy Hook, en décembre dernier. 

Un personnage haut en couleurs et déterminé 

Lors de la campagne présidentielle de 2012, Chris Christie avait été pressenti pour être le colistier de Mitt Romney. Mais tout l'oppose, d'un point de vue du caractère, au candidat républicain malheureux : c'est un personnage charismatique, haut en couleurs, qui parle fort et dérange parfois son parti. C'est d'ailleurs cette forte personnalité bourrée d'énergie, au franc parler décapant et à l'empathie télégénique qui plaît aux Américains de tous bords. 
 
Même Mitt Romney, furieux de son soutien à Obama pendant Sandy, le reconnaît : Christie peut "sauver notre parti".
 
Chris Christie pense-t-il à la présidentielle en se rasant le matin ? Jusqu'à présent, l'intéressé a préféré éluder la question. Mais sa décision de se faire poser un anneau gastrique en février dernier a été perçue comme un signe de sa détermination à concourir pour la présidentielle. La presse locale s'en est largement fait l'écho. "Une question de santé à long terme", répond cet obèse infatigable. "Maison Blanche 2016", susurrent les commentateurs.