Comment la Scientologie a cherché une épouse pour Tom Cruise

Le magazine américain "Vanity Fair" publie une enquête détaillée sur les méthodes de l'Eglise pour caser l'acteur avec l'Iranienne Nazanin Boniadi, en 2004. 

Nazanin Boniadi lors de la promotion du film The Next Three Days à Los Angeles (Etats-Unis), le 16 novembre 2010.
Nazanin Boniadi lors de la promotion du film The Next Three Days à Los Angeles (Etats-Unis), le 16 novembre 2010. (JIM RUYMEN / MAXPPP)

ETATS-UNIS - Le divorce de Tom Cruise et de Katie Holmes fait décidemment du tort à la Scientologie. Après les révélations sur les inquiétudes de l'actrice concernant sa fille Suri, le magazine américain Vanity Fair publie une enquête détaillée dans son numéro d'octobre sur la façon dont l'Eglise aurait fait un casting pour trouver une épouse pour Tom Cruise en 2004, après sa rupture avec Penelope Cruz.

Dans l'article mis en ligne samedi 1er septembre, la journaliste Maureen Orth détaille les étapes subies par les prétendantes, toutes scientologues, et notamment par l'actrice anglo-iranienne Nazanin Boniadi, qui a bien failli remporter le gros lot avant d'être remerciée puis remplacée par Katie Holmes. Retour sur un casting pour le moins romantique.

1L'audition pour un projet de film

Selon Maureen Orth, Shelly Miscavige, l'épouse du chef de la scientologie David Miscavige, lance en 2004 un projet "top-secret". Objectif : trouver une nouvelle petite-amie scientologue à Tom Cruise. Des actrices membres de l'organisation (classée comme secte par un rapport parlementaire publié en 1995 en France) auraient alors été appelées et auditionnées pour un projet de film. Au détour de l'audition, elles sont invitées, selon Vanity Fair, à dire ce qu'elles pensent de l'acteur.

D'après le magazine, c'est Nazanin Boniadi, scientologue comme sa mère, qui est sélectionnée en octobre 2004. 

2Les questions sur la vie sexuelle

L'actrice brune, alors âgée de 24 ans, est soumise à une préparation d'un mois, poursuit la journaliste de Vanity Fair. Selon Maureen Orth, elle répond tous les jours aux questions d'un haut responsable scientologue, qui ne lui épargne rien et l'amène à confier ses secrets les plus intimes et chaque détail de sa vie sexuelle. On lui intime aussi d'arrêter de se teindre les cheveux en rouge, d'ôter ses bagues et de quitter son petit ami. Nazanin Boniadi aurait ensuite signé un accord de confidentialité.

3La rencontre avec Tom Cruise

Maureen Orth rapporte que l'actrice arrive à New York en novembre 2004 pour rencontrer l'acteur. Les deux prétendants seraient allés dîner au très chic Nobu, entourés de scientologues, puis se seraient rendus à la patinoire du Rockefeller Center, fermée au public pour l'occasion. Selon Vanity Fair, ils passent leur première nuit ensemble dans un étage réservé à la Trump Tower, mais la relation reste platonique. 

4Le quotidien avec l'acteur et les faux pas

Nazanin Boniadi décroche le sésame et s'installe avec Tom Cruise. L'idylle ne dure pas longtemps. Selon Maureen Orth, la jeune femme est régulièrement prise en défaut par son cher et tendre et chacun de ses impairs est immédiatement signalé à un membre de la Scientologie. Son "manque de respect" à l'égard de David Miscavige, à qui elle demande de parler moins vite, aurait scellé son sort.

5La rupture et la punition

En janvier 2005, Nazanin Boniadi est envoyée au centre pour célébrités de la Scientologie, à Los Angeles, rapporte le magazine. Là, on lui apprend que Tom Cruise veut rompre avec elle car il préfère rencontrer "quelqu'un doté de sa propre puissance, comme Nicole [Kidman, la première épouse de l'acteur]". L'amoureuse éconduite a alors le malheur de s'épancher auprès d'un scientologue dans un autre centre, en Floride, affirme la journaliste. Pour avoir rompu le contrat de confidentialité qui la liait à l'Eglise, l'actrice aurait été contrainte de nettoyer les toilettes avec une brosse à dents, de creuser des fossés au milieu de la nuit et d'aller vendre dans la rue des exemplaires de la Dianétique, le best-seller du fondateur de la Scientologie, L. Ron Hubbard. 

Aujourd'hui, Nazanin Boniadi, qui a refusé de s'entretenir avec la journaliste de Vanity Fair, ne fait plus partie de l'organisation. Et sa carrière au cinéma n'a pas vraiment décollé.