Colombie : la guérilla des Farc a achevé la remise de ses armes, annonce l'ONU

L'accord de paix en Colombie entre le gouvernement et les Farc franchit mardi une étape cruciale, avec la fin du désarmement de la guérilla pour tourner la page à un demi-siècle de conflit armé.

Un campement de transition de la guérilla des Farc, à Mesetas (Colombie), le 26 juin 2017. 
Un campement de transition de la guérilla des Farc, à Mesetas (Colombie), le 26 juin 2017.  (RAUL ARBOLEDA / AFP)

La guérilla des Forces armées révolutionnaires (Farc, des rebelles marxistes) a achevé la remise de ses armes à la mission de l'ONU en Colombie, en conformité avec l'accord de paix qui met fin à plus d'un demi-siècle de conflit. "A ce jour, la mission de l'ONU a stocké l'ensemble des armes individuelles des Farc enregistrées : 7 132 armes, à l'exception de celles qui, conformément à la feuille de route, seront utilisées pour assurer la sécurité des 26 campements" où se sont regroupés quelque 7 000 guérilleros, précisent les Nations unies, lundi 26 juin. 

Cette annonce survient à la veille d'une cérémonie officielle célébrant la fin du désarmement de la principale guérilla du pays, en présence, notamment, du président Juan Manuel Santos et du chef suprême des Farc, Rodrigo Londoño, alias "Timochenko". Elle doit avoir lieu à 10 heures (heure locale) à Mesetas, dans le centre du pays.

Le plus ancien conflit armé d'Amérique latine

La mission de l'ONU, avec 450 observateurs, est chargée de superviser le désarmement, stocker l'arsenal puis le détruire le 1er septembre. Le 20 juin dernier avait été lancée la troisième et dernière phase de restitution des 40% d'armes restant à remettre, une étape-clé afin que la principale guérilla du pays et la plus ancienne du continent sud-américain retourne à la vie civile et se convertisse en mouvement politique. 

L'ONU doit également poursuivre la localisation de 900 caches d'armes des Farc où sont également stockés des explosifs. "Pour le moment, la mission a vérifié 77 caches desquelles ont été extraites des armes et d'où ont été détruits des munitions, des explosifs et des armements instables", annonce l'ONU. 

L'ensemble du processus, qui a valu au président Santos le prix Nobel de la paix, vise à tourner la page du plus ancien conflit armé d'Amérique latine qui a fait au moins 260 000 morts, plus de 60 000 disparus et 7,1 millions de déplacés.