Bradley Manning s'excuse d'avoir "blessé les Etats-Unis"

Alors que le soldat attend de connaître sa peine, il a fait acte de contrition devant la cour martiale. Le 30 juillet, il a été déclaré coupable d'avoir livré des informations confidentielles à WikiLeaks. 

Bradley Manning quitte le tribunal militaire de Fort Meade dans le Maryland (Etats-Unis) après le verdict de son procès, le 30 juillet 2013.
Bradley Manning quitte le tribunal militaire de Fort Meade dans le Maryland (Etats-Unis) après le verdict de son procès, le 30 juillet 2013. (SAUL LOEB / AFP)

Bradley Manning demande pardon. Le procès du soldat touche à sa fin, et c'est la première fois qu'il exprime des regrets pour avoir transmis des documents top secrets à WikiLeaks. "Je regrette que mes actions aient blessé des gens, qu'elles aient blessé les Etats-Unis", a déclaré le jeune homme de 25 ans devant la cour martiale de Fort Meade (Etats-Unis), mercredi 14 août. 

Manning a toujours assumé avoir fait fuiter 70 000 documents militaires, mais nie une quelconque volonté de nuire aux Etats-Unis. Au cours de l'audience, il a expliqué avoir voulu provoquer un débat en livrant ces informations sensibles au site internet. "Quand je regarde mes décisions, je me demande comment j'ai bien pu penser qu'en tant que simple analyste, je pouvais réellement imaginer pouvoir changer le monde."

"Je veux être une personne meilleure"

Bradley Manning a essayé de convaincre la juge d'être clémente. "Une fois que j'aurai payé le prix, j'espère pouvoir vivre d'une manière que je n'ai pas pu adopter par le passé. Je veux être une personne meilleure, aller à l'université, avoir un diplôme et avoir une relation qui ait un sens avec ma sœur, sa famille et ma famille." Déclaré innocent de "collusion avec l'ennemi", il risque 90 années de prison pour d'autres chefs d'accusation.

Lors des dernières journées d'audience, plusieurs proches de Bradley Manning ont pris sa défense. Son supérieur dans l'armée a parlé de "déséquilibre mental". Le jeune soldat lui avait envoyé, avant les fuites de documents, un e-mail intitulé "Mon problème", où il parlait de son anxiété, et où il évoquait son homosexualité.

Enfance difficile

Sa sœur et sa tante ont également fait allusion à une enfance difficile auprès de parents alcooliques, dans une ferme de l'Oklahoma. Selon elles, Bradley Manning a été obligé de manger des petits pots pour bébé jusqu'à 12 ans. Sa sœur aînée s'est réjouie de voir "comme il a mûri ces trois dernières années".

Bradley Manning a insisté devant la cour : "Je veux avoir une influence positive, regagner une place productive dans la société." Il a conclu sa déclaration en disant : "Je sais que je peux être et que je serai une personne meilleure, j'espère que vous pourrez me donner la possibilité de le prouver, non par des mots mais par des actes." L'ancien soldat sera fixé sur son sort au plus tôt la semaine prochaine.