Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo "13h15". Réfugiés : Nada traverse la Méditerranée pour rejoindre sa fille Loza

Publié Mis à jour
Envoyé spécial.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

De grosses vagues ont empêché la mère et le frère de Loza, 5 ans, d’embarquer sur le bateau pour traverser la Méditerranée avec elle. Nada et Motaz y sont parvenus un peu plus tard. Ils ont été accueillis par Antonieta, qui les a trouvés en Sardaigne dormant sur un banc… Extrait de "13h15 le samedi".

A son tour, Nada a réussi à traverser la Méditerranée avec son fils Motaz. La maman et le frère de la petite Loza, 5 ans, ont été débarqués en Sardaigne. Ils ont trouvé refuge chez Antonieta, qui les a découverts dormant sur un banc près du marché où elle travaille.

"Quand je les ai trouvés, je les ai emmenés dans un centre d’hébergement où on m’a dit que les femmes et les mineurs n’étaient pas acceptés. La mairie devait envoyer quelqu’un, mais personne n’est venu", explique Antonieta. Elle sait maintenant que Loza a été recueillie en France par Hubert, un militant humanitaire, coordinateur dans l'association Habitat & Citoyenneté.

"C’est un risque d’aider les gens ?"

Prend-elle un risque à héberger ces clandestins soudanais ? "Je pense avoir tous les droits d’aider une personne qui en a besoin, vu qu’on ne fait rien pour elle. Nada ne voit plus sa fille depuis longtemps et elle souhaite la rejoindre. Quel risque ? C’est un risque d’aider les gens ?" demande cette Italienne qui a ouvert sa porte.

Nada a fui la dictature qui sévit au Soudan et souhaite retrouver son mari en Allemagne, où il est demandeur d’asile. Elle avait payé 2 500 dollars à un passeur pour embarquer avec ses enfants. De grosses vagues l’ont empêchée de monter à bord avec son fils, alors que sa fille s’éloignait sur l’esquif avec 400 autres personnes. Elle a su peu après que sa fille était vivante, avant d’accomplir à son tour avec succès ce voyage de tous les dangers…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.