Cet article date de plus de huit ans.

Somalie : 6 employés de l'ONU tués par des shebab à Mogadiscio

Les insurgés islamistes ont attaqué les locaux de l'ONU à Mogadiscio, tuant neuf personnes au total.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le bâtiment de l'ONU à Mogadiscio (Somalie) après une attaque des shebab, le 19 juin 2013. (FARAH ABDI WARSAMEH/AP/SIPA)

Au moins neuf personnes, dont six employés travaillant pour l'ONU (trois étrangers et trois Somaliens), ont été tués à Mogadiscio (Somalie), mercredi 19 juin, lors d'une attaque spectaculaire menée par des insurgés islamistes shebab qui ont réussi à pénétrer dans le complexe principal des Nations unies. Selon un employé de l'ONU et une source onusienne, les trois étrangers tués dans cette attaque sont un fonctionnaire international de l'ONU et deux contractants de nationalité sud-africaine. Tous deux étaient salariés de la société publique sud-africaine Denel, spécialisée dans l'armement.

Au moins trois civils somaliens ont également été tués dans les rues alentour, pris dans les échanges de tirs entre assaillants et forces somaliennes et de l'Union africaine (Amisom), a précisé un responsable de la police somalienne. L'attaque, au cours de laquelle un nombre indéterminé d'assaillants est parvenu à pénétrer dans l'enceinte onusienne, a duré environ une heure et demie.

Selon le ministre somalien de l'Intérieur, les assaillants étaient au nombre de sept et ont tous péri dans l'attaque. Le complexe pris d'assaut, qui regroupe des bureaux et des logements pour les employés étrangers de diverses agences de l'ONU en Somalie, est situé dans le centre de Mogadiscio, sur l'un des principaux axes de la capitale. Le mode opératoire employé, combinant fantassins, kamikazes et véhicules piégés, et visant souvent des bâtiments réputés très sécurisés, est fréquent chez les talibans afghans mais était jusqu'à récemment inédit en Somalie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.