Viol collectif au Maroc: Khadija appelle «les filles à se montrer courageuses»

Malgré les insultes et les pressions, Khadija, jeune Marocaine de 17 ans victime présumée de viols collectifs, a réitéré ses accusations mercredi 10 octobre 2018, devant un juge de Beni Mellal (centre), en appelant à sa sortie «toutes les filles à se montrer courageuses».

Khadija a maintenu ses accusations malgré les menaces et les pressions
Khadija a maintenu ses accusations malgré les menaces et les pressions (FADEL SENNA / AFP)

«Nous, les filles, nous sommes fortes et nous devons rester fortes», a déclaré Khadija dans un bref entretien accordé à l'AFP après son audition, dans cette ville située à quelque 300 km de la capitale Rabat. C'est dans une vidéo diffusée en août et devenue virale sur internet que cette adolescente issue d'une famille défavorisée avait raconté avoir été kidnappée, séquestrée, violée et martyrisée pendant deux mois par de jeunes hommes de son village.
 
Ce témoignage filmé où elle montre des tatouages obscènes et des traces de brûlures de cigarettes sur son corps avait suscité autant de compassion que de dénigrement sur les réseaux sociaux marocains. La virulence des critiques a poussé un groupe citoyen à mener campagne contre «la culture du viol et de l'impunité» sous le hashtag #masaktach (je ne me tais pas).

La jeune Khadija, 17 ans, accuse un groupe d\'hommes de son village de l\'avoir violée pendant deux mois 
La jeune Khadija, 17 ans, accuse un groupe d'hommes de son village de l'avoir violée pendant deux mois  (STRINGER / AFP)

Devant le juge, Khadija «a confirmé toutes les accusations, entièrement et en détail, elle est courageuse malgré sa fragilité psychologique», a confirmé à l'AFP Mohamed, son père, après l'audition organisée dans un bureau de la chambre criminelle de la cour d'appel de Beni Mellal. D'après lui, vivre chez eux dans leur maison d'Oulad Ayad, est «difficile» et la famille «ne sort quasiment plus» depuis que Khadija a dénoncé ses agresseurs: «Nous recevons des menaces et des insultes par téléphone, mais je ne lui dis rien. Je lui ai retiré son smartphone pour la tenir éloignée de tout ce qui peut lui rappeler ce qu'elle a subi», a-t-il confié.

Insultes et menaces
Douze suspects, âgés de 17 à 28 ans, ont été placés en détention préventive fin août sous différents chefs de poursuite, allant de «traite d'être humain sur mineure», «viol», «torture et usage d'arme causant des blessures et séquelles psychiques», «constitution d'une bande organisée, enlèvement et séquestration» et «non-assistance à personne en danger», selon les informations obtenues par l'AFP de source judiciaire. Le plus jeune a été entendu le 10 octobre à Beni Mellal, son cas ayant été disjoint puisqu'il est mineur, selon Me Youssef Chahbi, l'avocat de Khadija.
 
Plusieurs des prévenus ont reconnu les faits dans leurs dépositions – les viols collectifs, les tatouages forcés, les menaces de mort pour la dissuader de fuir –, selon des sources proches du dossier, mais cela n'a pas suffi à calmer les détracteurs de l'adolescente. Mi-septembre, la première audition à Beni Mellal avait été émaillée d'insultes des familles des suspects, venues manifester leur colère et leur incompréhension. L'audition du 10 octobrei a été plus calme, les autorités les ayant cantonnées à l'extérieur du bâtiment.

«J\'attends avec impatience le début des traitement pour me faire détatouer»
«J'attends avec impatience le début des traitement pour me faire détatouer» (FADEL SENNA / AFP)
Détermination
Le choix de Khadija de briser le silence en s'exposant publiquement est une démarche très rare dans une société conservatrice qui pousse les victimes de viol à se taire, par peur pour leur image et pour la réputation de leur famille. «Je savais que ça allait être très difficile au moment où j'ai décidé de porter plainte, mais je suis prête à le supporter. Je dépasserai cette phase, je pense à l'avenir et j'ai confiance en la justice», explique-t-elle.
 
Silhouette frêle dans sa tunique rose, tête couverte d'un foulard noir, elle porte sur ses mains des tatouages que, selon elle, ses agresseurs ont gravé de force pendant sa séquestration. «J'attends avec impatience le début des traitements pour me faire détatouer. Je ne peux même pas regarder mes mains, car je me souviens chaque jour de ce qui m'est arrivé», dit-elle.
 
Au Maroc, la pauvreté est «un catalyseur de la violence à l'égard des femmes», a récemment estimé le rapport annuel du Conseil économique et social marocain (CESE) dans un chapitre consacré à cette question.