Ushahidi : comment un site citoyen, né au Kenya, aide aujourd'hui l'ONU à gérer les crises humanitaires

Créée en 2008 à l’initiative de quelques étudiants pour recenser et dénoncer les violences post électorales, la plateforme kenyane Ushahidi est aujourd’hui utilisée un peu partout dans le monde pour traquer les violences politiques ou la corruption. 

Juliana Rotich, directrice exécutive de Ushahidi, à Montréal en juin 2014
Juliana Rotich, directrice exécutive de Ushahidi, à Montréal en juin 2014 (PIERRE ROUSSEL/NEWSCOM/SIPA / SIPA USA)

C’est au Kenya, que l’on trouve les prémices de ces réseaux citoyens africains appelés "civic tech". Tout a commencé avec la surveillance des élections de 2007. A cette époque, les citoyens kényans signalent et documentent les incidents et les violences sur les réseaux sociaux.

Constatant que les troubles sont peu couverts par la presse, l'influente blogueuse et activiste kényane Ory Okolloh lance un appel sur la Toile pour développer une carte qui recenserait les violences et les dégâts dans le pays. L'idée est de créer un site numérique permettant aux populations de signaler les violences et de les visualiser sur une carte. L'aventure Ushahidi commence. Dix ans plus tard, cet outil est utilisé pour des milliers de projets citoyens un peu partout dans le monde. 

Ushahidi signifie "témoigner" en swahili

Les Kényans connectés au réseau peuvent alors relater et géolocaliser les violences dont ils sont témoins. Plus de 50.000 témoignages sont rapportés sur cette carte. Ushahidi est né.

Fin 2008, le projet est remarqué par des fondations américaines. Séduites par cette jeune start-up africaine à but non lucratif, elles proposent une aide financière. 

En 2012, les équipes d’Ushahidi ont élaboré en Libye, pour la première fois, une carte interactive d’un pays en guerre pour le compte de l’ONU. En moins d’une semaine, Ushahidi conçoit deux cartes interactives, qui évoluent en temps réel au gré des témoignages reçus. Mais aussi en fonction des informations et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux par des membres de la diaspora libyenne, des activistes, des journalistes et les organisations internationales.

Sur ces cartes, on trouve les lieux et le nombre de blessés, le mouvement des réfugiés, les camps humanitaires, les centres de soin, les routes détruites...

Depuis la création de la start-up, plus de 13 000 cartes ont été déployées par des internautes, des ONG ou par des médias.

La start-up est plébiscitée par l’ONU pour les éléments mis en ligne afin de décrire et de documenter les catastrophes humanitaires et les violences politiques. Tremblement de terre en Haïti ou au Pakistan, violences en République démocratique du Congo, élections au Burundi, séisme et tsunami au Japon, révolution en Egypte... Ushahidi a été utilisé sur la plupart des zones de crises majeures.

Ushahidi plébiscité par l'ONU

Dans ce contexte, Ushahidi est devenu un outil cartographique en vogue. "Cette nouvelle tendance est en train de changer l’aide humanitaire d’urgence", explique Ted Turner, directeur de la fondation des Nations unies qui consacre une partie de son dernier rapport, Disaster Relief 2.0, au travail d’Ushahidi.

Les cartes peuvent donc contenir des informations précieuses et stratégiques en temps de guerre. Un outil gratuit et visible par tous. Y compris par les belligérants ou encore par des membres d’organisations armées illégales.

C’est pour cette raison que la carte publique de la crise libyenne a été filtrée par les équipes d’Ushahidi, qui ont travaillé étroitement avec l’ONU. C'est aussi la raison pour laquelle les témoignages rapportés sont géolocalisés avec 24 heures de décalage. Des précautions sécuritaires drastiques dont ne s'embarrassent pas la plupart des utilisateurs lorsqu’ils lancent une nouvelle carte.

Sur plus de 13.000 cartes mises en ligne, l’équipe d’Ushahidi en a créé et géré seulement une centaine. Elle respecte une charte éthique pointilleuse qui impose par exemple d’avoir des partenariats avec des ONG ou des acteurs locaux sur le terrain. 

L’Afrique est en train de vivre une révolution technologique inédite qui va provoquer des changements politiques, économiques et sociaux sans précédentErik Hersmanle cofondateur d’Ushahidi

Cette start-up africaine a, depuis, inspiré des dizaines de geeks africains. CFI, l’agence française de développement médias, a recensé plusieurs dizaines d'initiatives prometteuses. Autant de signes de l'engagement d’une nouvelle génération.

Une chose semble sûre : les réseaux sociaux citoyens vont monter en puissance pour faciliter la participation et la mobilisation de la population sur le continent.