Rwanda : l’ancien gérant du fameux "Hôtel des Mille collines" reconnu coupable de terrorisme

Paul Rusesabagina a sauvé plus d'un millier de vies lors du génocide de 1994 au Rwanda. Il a été condamné à 25 ans de prison.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Paul Rusesabagina le 17 février 2021 lors d'une audience devant la Cour Suprême de Kigali, au Rwanda. (SIMON WOHLFAHRT / AFP)

Paul Rusesabagina, qui a été reconnu coupable de terrorisme par la justice rwandaise, a écopé de 25 ans de prison. L’homme est mondialement connu pour avoir, en 1994, accueilli et sauvé du génocide plus d’un millier de personnes en les mettant à l’abri dans l’hôtel qu’il gérait, les Mille collines à Kigali. Son histoire a été portée à l’écran en 2004. La notoriété qui en a découlé a permis à Paul Rusesabagina d’être plus audible dans sa critique de Paul Kagame, le président du Rwanda, pour son autoritarisme et ses atteintes aux droits de l'Homme.

Rusesabagina ne nie pas soutenir le Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD), parti politique qui appelle à renverser Paul Kagame, le président du Rwanda. Une opposition purement politique selon lui. Il n’a jamais participé à une action violente, assure-t-il.

Mais pour l’accusation, Rusesabagina est surtout le chef de file du Front de libération nationale (FLN), considéré comme le bras armé du MRCD. "Il a fondé une organisation terroriste, il a contribué financièrement à des activités terroristes", a déclaré la juge Beatrice Mukamurenzi, résumant l’accusation. Le FLN est accusé par le pouvoir de Kigali d’être responsable de la mort de neuf personnes lors d’attaques dans le sud du pays en 2018. Quelque mois après, dans une vidéo, Paul Rusesabagina apportait son soutien au FLN et présentait la lutte armée comme le seul moyen de renverser le régime de Paul Kagame.

Faire taire les opposants

Se sentant menacé par le pouvoir, Rusesabagina vivait depuis 1996 en exil en Belgique, puis aux Etats-Unis, bien loin de Kigali, d’où il pouvait dire tout le mal qu'il pense du président Kagame. En août 2020, il est piégé par la police rwandaise. Depuis Dubaï, où il séjourne alors, il prend un avion pour le Burundi. En fait, l’avion se posera à Kigali, fruit d’une coopération internationale, reconnaît le Rwanda, affirmant que l’arrestation était légale.

Depuis mars dernier, l’accusé et ses avocats boycottent les audiences, dénonçant un procès "politique", un "enlèvement" et des conditions de détention déplorables. Aucun n’était du reste présent à l’énoncé du verdict. Alors que le procureur avait requis la prison à vie, Paul Rusesabagina a été condamné à 25 ans de prison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.