Covid-19 : la fête de l'Aïd compromise au Sénégal sur fond de progression des décès en Afrique

Pour éviter au maximum les contaminations, le gouvernement sénégalais recommande d'éviter les déplacements pour l'Aïd, alors que le nombre de morts en Afrique augmente.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Sénégalais achètent des masques de protection contre le Covid-19 avant d'entrer dans la mosquée Massalikul Jinaan, lors des célébrations de l'Aid al-Fitr, également connu sous le nom de Korite en Afrique de l'Ouest, à Colobane, Dakar, Sénégal, le 13 mai 2021. (CARMEN ABD ALI / AFP)

Eviter les déplacements à l'occasion de la Tabaski, la fête de l'Aïd : les autorités ont appelé le 15 juillet les Sénégalais à rester chez eux après des records, ces dernier jours, de contaminations au Covid-19.

Mesures sanitaires recommandées

La fête de l'Aïd est prévue en milieu de semaine prochaine au Sénégal. La Tabaski, nom donné en Afrique de l'Ouest à la Fête du Sacrifice l'Aïd al-Adha, entraîne habituellement d'importants mouvements de population à travers le pays. Les déplacements se font généralement à bord de bus et de voitures bondés. Mais cette année, le ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, et le Comité national de gestion des épidémies, principal organe de lutte contre le Covid-19, ont recommandé d'éviter les "déplacements et voyages pendant cette période de fête" et le port "systématique du masque".


Face à la recrudescence des cas de Covid, les autorités recommandent également de "privilégier le télétravail et de réduire le personnel dans les services", a dit le ministre. Le gouvernement sénégalais et le président Macky Sall privilégient les mesures incitatives et la sensibilisation des populations. Les restrictions sanitaires, comme le couvre-feu ou les interdictions de certains rassemblements, avaient été levées après des émeutes socio-politiques en mars 2021. 

Le 15 juillet, le ministère de la Santé a annoncé 674 nouvelles contaminations au lendemain du record de 733 cas. Depuis le début de la pandémie, 48 270 contaminations ont été officiellement recensées, pour 1 209 décès. Le pays attend l'arrivée prévue d'ici à la fin du mois de près de 500 000 doses de vaccins, alors que le pays fait face à une pénurie.

La mortalité progresse de 43% en une semaine en Afrique

L'augmentation des contaminations au Sénégal s'inscrit dans un rebond général en Afrique où les décès dus au Covid flambent : "une progression de 43%" en l'espace d'une semaine sur le continent, qui passe de 4 384 décès à 6 273 la semaine du 5 au 11 juillet, a averti le 15 juillet l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des chiffres à mettre en perspective, sachant que "les décès attribués au Covid sont sous-estimés dans presque tous les pays du monde", avait indiqué en février Emile Steep, un statisticien.

Une explosion des cas qui s'explique, selon l'OMS, par une propagation accrue des variants sur fond d'insuffisance d'approvisionnements en vaccins et de la lassitude des populations face aux mesures de prévention. Le variant Delta, très contagieux, a été détecté dans 21 pays africains. La Namibie, l'Afrique du Sudla Tunisie, l'Ouganda et la Zambie représentaient 83% des nouveaux décès enregistrés la semaine dernière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.