Covid-19 au Ghana : le président Akufo-Addo annonce la contamination de 533 salariés d'une usine par un seul d'entre eux

Confiné pendant trois semaines à partir de fin mars, puis déconfiné en partie, le Ghana fait face à une hausse spectaculaire de cas de coronavirus tout en prônant les tests en nombre et le traçage des personnes suspectées d'infection.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Ghana Nana Akufo-Addo lors d'un sommet économique en Allemagne, le 19 novembre 2019. (POOL NEW / REUTERS)

En première ligne face au nouveau coronavirus venu de Chine, le président du Ghana Nana Akufo-Addo a pris la parole à la télévision, dimanche soir 10 mai 2020. Aux téléspectateurs, il a expliqué qu'une seule personne avait "infecté" 533 de ses collègues dans une usine de transformation de poisson à Tema, au bord de l'Atlantique. L'avant-veille, les autorités sanitaires du pays avaient signalé l'épidémie de coronavirus qui sévissait à grande échelle sur le site industriel. Sans toutefois fournir de détails.

"Les 533 personnes ont été infectées par une seule personne", a déclaré le président ghanéen, sans préciser lui non plus comment la maladie s'est propagée dans l'établissement, ni si des mesures de sécurité avaient été mises en place depuis. Le président Akufo-Addo a rajouté que ces nouveaux cas détectés représentent 11,3% du nombre d'infections au Ghana qui s'élevait, le 10 mai, à 4 700. Soit le total le plus élevé d'Afrique de l'Ouest depuis que la pandémie y a été signalée la première fois mi-mars.

160 501 tests de dépistage du Covid-19 effectués au Ghana

Le président a également déclaré que, depuis cette date, 22 personnes sont mortes des suites du coronavirus, tandis que 494 se sont rétablies.

Après avoir effectué 160 501 tests, le Ghana (environ 30 millions d'habitants) est, selon M. Akufo-Addo, le pays qui comptabilise le plus de tests par million d'habitants que tout autre pays d'Afrique. "La mise en œuvre de notre stratégie de traçage, de test et de traitement agressifs est notre moyen le plus sûr d'éliminer le virus", a déclaré Akufo-Addo. Depuis le 17 avril, une application anti-Covid en six langues locales permet aux autorités ghanéennes d'identifier les personnes qui ont pu être en contact avec des malades confirmés.

L'interdiction des rassemblements publics est maintenue jusqu'à la fin du mois de mai, et les écoles et les universités resteront fermées. Lors d'une précédente allocution télévisée, le 19 avril, le président Akufo-Addo avait annoncé l'assouplissement d'un confinement, qui avait duré trois semaines dans les deux principales villes du Ghana, la capitale Accra et Kumasi, pour permettre aux populations les plus pauvres de subsister.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.