Coronavirus : le Rwanda étend le couvre-feu

Il est interdit à tous les véhicules, publics ou privés, d'entrer ou de sortir de Kigali, et de se déplacer entre les différents districts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Prise de température au lycée Notre-dame-de-Citeaux à Kigali, au Rwanda, le 2 novembre 2020. (SIMON WOHLFAHRT / AFP)

Le Rwanda a interdit, mardi 5 janvier, les déplacements entre ses districts et étendu le couvre-feu nocturne pour deux semaines supplémentaires en raison d'une deuxième vague d'infections au coronavirus. Le Rwanda, l'un des premiers pays africains à avoir imposé un confinement strict l'année dernière, en mars, a enregistré au cours du seul mois de décembre la moitié du total des décès dus au Covid (105) recensés dans le pays depuis le début de l'épidémie. La veille, le bureau du Premier ministre a publié un communiqué annonçant de nouvelles mesures prenant effet à partir du 5 et pour 15 jours.

Le couvre-feu nocturne, entre 20h et 4h, est étendu et toutes les entreprises doivent fermer à 18h. Il est interdit à tous les véhicules, publics ou privés, d'entrer ou de sortir de Kigali, et de se déplacer entre les différents districts. "Les déplacements vont seulement être permis pour des raisons médicales et pour les services essentiels. De plus, les véhicules de transport de marchandises continueront à opérer avec un maximum de deux personnes à bord", poursuit le texte.

Touristes sous surveillance

Le tourisme, une source clé de devises étrangères, reste autorisé mais les visiteurs, locaux et étrangers, doivent fournir un test négatif au Covid-19 pour se déplacer dans le pays. Les touristes étrangers doivent déjà présenter un test négatif pour entrer au Rwanda, mais aussi en effectuer un nouveau à leur arrivée, avec une quarantaine obligatoire de 24 heures dans l'attente des résultats. Le taux de positivité des tests effectués au Rwanda est passé de 0,5% début novembre à 7,6% le 4 janvier, avec un total de 8 848 infections depuis le début de l'épidémie. "Le public doit significativement réduire les interactions sociales et limiter les mouvements aux services essentiels", poursuit le communiqué.

Mesures de restriction

Depuis début décembre 2020, tous les rassemblements et les événements – mariages religieux, réceptions, réunions et conférences  ont été interdits. Les bars et les boîtes de nuit sont fermés depuis mars. Le gouvernement affirme être en contact avec des fabricants de vaccins, le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca et la société de biotechnologie américaine Moderna, dans le but d'acheter des doses pour les Rwandais les plus vulnérables.

Selon des statistiques publiées par la police, jusqu'à 57 000 personnes ont été arrêtées pour avoir violé les mesures de lutte contre la pandémie la semaine courant avant et après Noël, et près de 1 000 véhicules ont été saisis pour non-respect du couvre-feu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.