Coronavirus : Johann Rupert, le milliardaire d'Afrique du Sud, "saute la file" et se fait vacciner en Suisse

La vaccination n'étant toujours pas en route en Afrique du Sud, Johann Rupert, seconde fortune du pays, est allé se faire vacciner en Suisse, dans une clinique de son groupe. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Johann Rupert, le PDG du groupe de luxe Richemont. (Szekszter — , https://commons.wikimedia.org/)

Alors que l'Afrique du Sud attend toujours le lancement de la campagne de vaccination contre le coronavirus, le richissime homme d'affaires Johann Rupert, seconde fortune du pays, est allé en Suisse se faire vacciner. 

Selon les médias sud-africains, il a été accueilli dans une clinique à Frauenfeld, dans le canton de Thurgovie, au nord du pays près du lac de Constance. Un choix qui n'est pas le fruit du hasard, la clinique est détenue par le groupe suisse Hirslanden, le plus grand groupe d'hôpitaux privés du pays, qui possède 17 cliniques dans 11 cantons. Or, en 2007, Hirslanden a été racheté par le groupe sud-africain Mediclinic détenu à 45% par le fonds d'investissement de Johann Rupert, Remgro.

Rupert serait arrivé en fin d'année en Suisse pour y passer les fêtes. Le milliardaire possède une propriété à Satigny, près de Genève, où il a élu domicile en 2018. Rupert est également l'actionnaire principal du groupe de luxe helvétique Richemont (qu'il a fondé en 1988). Sa fortune, selon Forbes, est estimée à plus de 7 milliards de dollars.

Patient "test"

Un porte-parole de la clinique a confirmé l'information, précisant que Johann Rupert était un patient "test". Il a reçu la première dose le 12 janvier 2021, avant que la campagne de vaccination ne soit lancée dans le canton de Thurgovie.

Ce n'est pas une affaire de passe-droit selon la clinique. Johann Rupert, patient en surpoids, diabétique, et souffrant de problèmes vasculaires, a été jugé prioritaire, conformément aux directives de l'Office fédéral de santé publique.

Selon M.Rupert, sa vaccination sert d'exemple pour l'ensemble des salariés du groupe. "Mon message, c'est que seule la vaccination nous permettra de sortir de cette crise."

Scandale en Suisse et en Afrique du Sud

Pourtant, l'affaire crée des remous tant en Suisse qu'en Afrique du Sud, la personnalité du patient, et surtout sa fortune, conférant à Johann Rupert un statut de VIP peu compatible avec la situation. Nina Schlafli, la chef de file du parti social démocrate du canton de Thurgovie, parle "d'un affront" à la population du canton. Selon elle, "il est inconcevable qu'un milliardaire arrive en avion et passe devant tout le monde".

L'affaire est tout aussi choquante pour les médias sud-africains qui accusent Johann Rupert "d'avoir sauté la file d'attente". D'autant que le pays n’a toujours pas lancé sa campagne de vaccination et que la seconde vague du virus y fait davantage de morts. Le nombre des décès s'élève désormais à plus de 39 000, pour 1,3 million de cas avérés.

Le président Cyril Ramaphosa a annoncé que le pays avait acheté 20 millions de doses vaccinales, avec l'objectif de vacciner les deux-tiers de la population d'ici la fin de l'année. On peut désormais retirer Johann Rupert de la liste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.