Coronavirus en Afrique : l'OMS et l'Unicef préconisent la réouverture des écoles

Les conséquences de l'interruption prolongée de cours sont multiples, diverses et importantes : mauvaise alimentation, stress, exposition accrue à la violence et à l'exploitation,  grossesses d'enfants...

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une élève de l’école secondaire Sitoromo Junior à Sterkspruit, Afrique du Sud, prend du papier hygiénique pour nettoyer son bureau, le 6 juillet 2020. (MARCO LONGARI / AFP)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef) ont appelé les gouvernements africains à favoriser la réouverture des écoles, fermées depuis près de six mois, en prenant des mesures pour éviter la propagation du coronavirus.

"Les fermetures d'écoles sans précédent et prolongées dans le but de protéger les élèves contre la Covid-19 leur causent d'autres préjudices", ont estimé les deux agences onusiennes dans un communiqué conjoint. L'OMS et l'Unicef "exhortent les gouvernements africains à favoriser la réouverture sécurisée des écoles tout en adoptant des mesures pour limiter la propagation du virus".

"Violence et exploitation"

"Tout comme les pays ouvrent des entreprises en toute sécurité, nous pouvons rouvrir les écoles", a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

Pour limiter les risques, l'OMS et l'Unicef recommandent le lavage régulier des mains, la désinfection et le nettoyage quotidiens des surfaces, des installations pour l'eau ou encore une bonne gestion des déchets. Les conséquences de l'interruption prolongée de cours sont jugées "importantes" par les deux agences qui citent notamment "une exposition accrue à la violence et à l'exploitation, des grossesses d'enfants".

"Les écoles ont ouvert la voie vers la réussite pour de nombreux Africains" et sont "un espace sûr où de nombreux enfants en situation difficile peuvent se développer et s'épanouir", selon Matshidiso Moeti, citée dans le document.

Ni eau, ni savon

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), 818 millions d'enfants dans le monde n'avaient pas accès en 2019 à de l'eau et du savon, "ce qui les exposait à un risque supérieur de contracter la Covid-19 et d'autres maladies contagieuses". Parmi ces enfants privés d'hygiène des mains, 355 millions avaient de l'eau, mais pas de savon, le reste n'ayant ni l'un, ni l'autre, précisent les agences dans un rapport commun. Plus d'un tiers des 818 millions d'enfants concernés (295 millions) vivent en Afrique subsaharienne, selon le rapport.

"Impact à long terme"

En Afrique, les activités économiques ont repris depuis plusieurs semaines dans de nombreux pays, où la grande majorité de la population vit au jour le jour. "L'impact à long terme de la prolongation de la fermeture des écoles risque de nuire encore plus aux enfants, à leur avenir et à leurs communautés", a estimé le directeur régional de l'Unicef pour l'Afrique orientale et australe, Mohamed M. Malick Fall.

(J'ai entendu dire que les enfants sont des "propagateurs sains". Soyons clair, il n'y a aucune preuve pour dire ça. Ne stigmatisons pas les enfants. Ca n'est pas prouvé par la science. Mais il y a très nombreuses conséquences imprévues de leur déscolarisation)

D'après une enquête de l'OMS portant sur 39 pays sur 54 que compte l'Afrique, les écoles sont entièrement ouvertes dans six pays, fermées dans 14 et partiellement ouvertes dans 19 autres.

Au 19 août 2020, l'Afrique a enregistré un total de 1 136 405 cas de Covid-19, avec 26 304 décès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.