RDC : l’empire Kabila n’a rien à craindre de la succession au pouvoir

On le dit riche à milliards. Joseph Kabila, l'ancien homme fort du Congo est désormais retiré du pouvoir, mais pas des affaires. L'empire familial qu'il partage avec une sœur et un frère n'a rien à craindre selon les observateurs. Un empire qui donne le tournis. 71 000 hectares de terres agricoles, une centaine de mines de diamants et 80 sociétés diverses.

Joseph Kabila, le 20 septembre 2018, à Kinshasa. Depuis, il n\'est plus président, mais demeure toujours aussi puissant.
Joseph Kabila, le 20 septembre 2018, à Kinshasa. Depuis, il n'est plus président, mais demeure toujours aussi puissant. (JOHN WESSELS / AFP)

"L’assainissement du secteur minier, l’autre grand défi pour Tshisekedi" , titre la Deutsche Welle. Un défi en effet quand, de toutes parts, les observateurs mettent en avant la faible marge de manœuvre du nouveau président. Or, "assainir le secteur minier", c’est clairement mettre aussi le nez dans les affaires de Joseph Kabila. Car le clan Kabila est un empire qui possède, entre autres, 96 permis d’exploitation de mines diamantifères. Et les soupçons d’enrichissement au détriment de la population sont nombreux. La richesse de Kabila en 2014 était estimée à 15 milliards de dollars.

L’enquête très fouillée menée par le Groupe d’Etude sur le Congo, parue en 2017, révèle l’étendue de la fortune de l’ancien président et de sa famille. Un trésor amassé durant ses années de pouvoir.

71 000 hectares de terres agricoles

Selon ce rapport, "le ministère des Mines congolais a octroyé plus de licences d’exploitation minière à une société contrôlée par Jaynet Kabila, la sœur du président, que ne l’autorise le code minier du pays."

"Le président Kabila possède directement, et par le biais d’une entreprise lui appartenant ainsi qu’à ses enfants, plus de 71 000 hectares de terres agricoles. Deux entreprises, propriétés de la famille, ont des licences d’exploitation de mines de diamants en vigueur sur un territoire qui s’étend sur plus de 720 kilomètres le long de la frontière sud du Congo avec l’Angola."

Deux ouvriers parlent à côté de sacs de cobalt dans une usine de retraitement de Lubumbashi.
Deux ouvriers parlent à côté de sacs de cobalt dans une usine de retraitement de Lubumbashi. (PHIL MOORE / AFP)

"Jaynet Kabila, sœur du président et membre du Parlement, détient des parts dans l’un des plus grands réseaux de téléphonie mobile du pays tandis que son frère Zoé, qui est aussi député, possède des entreprises qui ont été engagées pour l’exploitation de certains des gisements miniers les plus riches du monde." Ajoutons que la famille Kabila détient tout ou partie de 80 entreprises et sociétés.

Réforme du code minier

Et puis, la réforme du code minier congolais est le dernier acte majeur de la présidence de Joseph Kabila en 2018. Un nouveau code, où il est écrit qu’il s’agit de mettre fin "au manque de transparence et le faible profit retiré par l’Etat congolais de l’exploitation des substances minérales de son sol et de son sous-sol."  En fait, au sein de l’opposition congolaise de l’époque, beaucoup doutent de cet acte de foi. Car "les mines étaient la machine à cash du régime Kabila". Selon l’ONG Global Witness, il a profité d’une partie des 750 millions de dollars des revenus miniers qui ne sont jamais arrivés dans les caisses de l’Etat entre 2013 et 2015. Protéger l’avenir serait donc devenu le credo de Joseph Kabila. Ne pouvant, in fine, se succéder à lui-même, il aurait passé un "deal" avec Félix Tshisekedi pour partager le pouvoir.

Partage du pouvoir

Les partisans du candidat battu, Martin Fayulu, ont largement contribué à la propagation de cette thèse. Les discussions, après les élections, entre nouveau et ancien pouvoir, ont été interprétées comme des échanges de bons procédés. "Kabila n'a pas à dire : 'Je veux telle personne, je ne veux pas de telle autre'. Ce n'est pas sa résidence privée, ni une affaire de famille, c'est une affaire d'Etat", a déclaré à l’AFP Eve Bazaiba, une porte-parole de l’opposition. La réalité est sûrement plus terre à terre, comme l’explique Le Figaro. "L'Etat, comme l'appareil sécuritaire, ont été totalement forgés par le président sortant, Joseph Kabila, et restent sans doute à sa main." 

"Ses chances de gouverner réellement seront certes très minces, mais cela ne signifie pas qu’il soit impossible de mitiger les nuisances de Joseph Kabila et l’hégémonie qu’il incarne", écrit le site très virulent et très anti-Kabila, Congo Indépendant. Mais vouloir s’émanciper constitue pour Tshisekedi "un exercice périlleux pouvant conduire à sa déchéance politique voire à son élimination physique", poursuit l’éditorialiste.