"Je voulais être au plus près du volcan pour informer et rassurer les habitants de Goma" : un photographe congolais raconte l'éruption du Nyiragongo

Don Juan Masudi, jeune photographe de RDC, a partagé des photos devenues virales sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le jeune photographe congolais Don Juan Masudi près de la coulée de lave du volcan Nyiragongo, à Goma, dans la province du Nord-Kivu, à l'extrême Est de la République démocratique du Congo (RDC), le 22 mai 2021. (Don Juan Masudi)

Don Juan Masudi, 22 ans, est l’un des premiers photographes à se rendre au plus près du volcan Nyiragongo le 22 mai dernier, afin de suivre la trajectoire de la lave qui menace la grande ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu, à l'extrême Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il raconte à franceinfo Afrique comment il a vécu les premières heures de cette éruption.

Une éruption surprise

Don Juan Masudi, photographe professionnel, se trouve à une fête de mariage le samedi 22 mai dans le centre-ville de Goma. A 19h, une partie du ciel devient soudainement entièrement rouge, mais personne ne comprend à ce moment-là qu’il y a une éruption volcanique. Certains pensent même qu’il s’agit d’une explosion dans une station d’essence. Aucune information ne circule. Aucune annonce officielle du gouvernement ou de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG). 

Dans le flou général, le jeune homme décide d’aller voir par lui-même ce qu'il se passe. En route il croise des centaines de familles fuyant le nord-est de la ville pour aller vers le Rwanda voisin. A 21h, il est à 200 mètres de l'aéroport, avec deux cousins, son appareil photo et son téléphone. 

"La chaleur était intense, la lave avançait tout doucement mais elle emportait tout sur son passage. On a vu des maisons avalées puis englouties par la lave. Des gens regardaient abasourdis, d’autres continuaient à fuir"

Don Juan Masudi, photographe à Goma, à l'est de la RDC

à franceinfo Afrique

La coulée de lave du volcan Nyiragongo s'est arrêtée net devant cette habitation en tôle à Goma, le 22 mai 2021. (Don Juan Masudi)

Dans le feu de l'action

A ce moment précis, Don Juan Masudi n’a qu’une idée en tête, prendre des photos qui seront "une référence", sur l'éruption volcanique de 2021. Pendant qu’il est en pleine action, son cousin le prend en photo avec son téléphone portable. Il poste tout de suite un premier cliché sur WhatsApp, puis Instagram, pour informer ses amis sur la lente trajectoire de la lave, mais aussi pour les distraire et les rassurer. Une façon peut-être de conjurer le sort. Don Juan saute à côté de la lave "sans prendre trop de risques". Les photos sont spectaculaires. Elles sont largement partagées sur les réseaux où beaucoup de Congolais saluent son courage et le remercient de partager ces moments incroyables. 

"On n’avait aucune information officielle ou fiable. De fausses photos circulaient sur les réseaux sociaux. J’ai voulu montrer ce qu'il se passait vraiment. Ici, le volcan fait partie du paysage, c’est notre voisin mais personne n’a été préparé à l’éruption. Ca fait un choc"

Don Juan Masudi, photographe à Goma, à l'est de la RDC

à franceinfo Afrique

De l'espoir malgré tout 

Le choc est aussi celui du bilan. Si cette éruption est moins grave que celles de 1977 et de 2002, les coulées de lave, qui se sont arrêtées aux portes de la ville, ont tout de même fait une trentaine de morts et détruit complètement entre 900 et 2 500 habitations, selon les pemières estimations. Quatre jours après le réveil du volcan Nyiragongo, la terre tremble encore et les secousses se succèdent.

Cet événement terrifiant s’ajoute à tous les problèmes d’insécurité que subissent les Congolais de la région Est depuis de nombreuses années. Mais Don Juan Masudi n'est pas du genre à s'apitoyer sur le sort de sa région. Il est résilient et refuse de se lamenter. Le jeune photographe croit au potentiel des Congolais de sa génération et reste optimiste pour l'avenir. Sur son compte Instagram, il poste aussi la beauté du Congo, longtemps éclipsée par les violences, les guerres et une paix définitive qui tarde à s'installer.

"A l'Est, il n’y a pas que la guerre ou les malheurs. On n’en peut plus des histoires tragiques et des souffrances. Nous, les jeunes, on veut que ça change, on veut améliorer la vie des gens. Vivre en paix et en sécurité. On y croit. Il faut que nos efforts soient soutenus"

Don Juan Masudi, photographe à Goma, à l'est de la RDC

à franceinfo Afrique

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers République démocratique du Congo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.