Cet article date de plus de deux ans.

RDC : l'ex-chef rebelle Bemba exclu de l'élection présidentielle

La Cour constitutionnelle l'a écarté en raison de sa condamnation pour "subornation de témoins" par la Cour pénale internationale. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, le 24 juillet 2018 lors d'une conférence de presse à Bruxelles (Belgique).  (JOHN THYS / AFP)

Sa candidature est définitivement invalidée. L'ex-chef rebelle Jean-Pierre Bemba est exclu de l'élection présidentielle prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo en raison de sa condamnation pour "subornation de témoins" par la Cour pénale internationale (CPI), selon un arrêt de la Cour constitutionnelle publié lundi 3 septembre. "La Cour constitutionnelle siégeant en matière de contentieux de candidature à l'élection présidentielle, après avis du procureur général (...) confirme l'inéligibilité de M. Jean-Pierre Bemba Gombo pour subornation des témoins en recourant à la corruption", a déclaré le président de la chambre.

Jean-Pierre Bemba avait été condamné à dix-huit ans de prison en première instance par la CPI pour des crimes de guerre et contre l'humanité. Mais il avait été acquitté en appel. Et il avait fait un retour triomphal en RDC et déposé sa candidature pour la prochaine présidentielle.

Vice-président de 2003 à 2006

Mais l'ancien chef rebelle a été condamné dans cette affaire annexe pour subornation de témoins par la Cour pénale internationale. La CPI doit rendre sa décision en appel le 17 septembre sur la peine prise à son encontre.

Jean-Pierre Bemba a été vice-président de 2003 à 2006 en RDC. Il était arrivé en deuxième position derrière Joseph Kabila lors de la présidentielle de 2006. Ces élections avaient entraîné des violences à Kinshasa.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.