Tchad : plus de 300 rebelles et cinq militaires tués dans des combats

Les combats entre les rebelles et l'armée interviennent alors que le président Idriss Déby, au pouvoir au Tchad depuis son coup d'Etat en 1990, devrait être réélu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats de l'armée tchadienne pendant une opération militaire contre des rebelles, le 19 avril 2021 à Ziguey (Tchad). (ABDOULAYE ADOUM MAHAMAT / AFP)

L'armée tchadienne a annoncé, lundi 19 avril, avoir tué plus de 300 membres d'un groupe rebelle qui mène une incursion depuis huit jours dans le nord du pays. Le général Azem Bermandoa Agouna, porte-parole de l'armée, a également fait état de 150 rebelles faits prisonniers. Par ailleurs, ces affrontements ont coûté la vie à cinq militaires. Selon Azem Bermandoa Agouna, la situation est désormais sous contrôle malgré la reprise des combats dimanche. 

Les rebelles protestent contre Idriss Déby

Le groupe rebelle, le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad, avait lancé une offensive depuis ses bases arrières en Libye le 11 avril, jour de l'élection présidentielle au Tchad, pour contester la probable réélection du président Idriss Déby, au pouvoir depuis 31 ans.

Dans le massif du Tibesti, frontalier avec la Libye, mais aussi dans le nord-est, qui borde le Soudan, des rebelles tchadiens affrontent régulièrement l'armée depuis que le président Déby s'est emparé du pouvoir par un coup d'Etat en 1990.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.