Qui est le groupe Wagner, pourvoyeur de mercenaires russes en Centrafrique?

Lors d’une intervention au Sénat le 23 janvier 2019, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dénoncé ouvertement la présence de mercenaires russes en République centrafricaine en citant nommément le groupe militaire privé Wagner. De quoi s’agit-il exactement ? Quelques éléments de réponse.

Un membre d\'une société de sécurité privée russe, en charge de la protection rapprochée du président centrafricain Touadéra.
Un membre d'une société de sécurité privée russe, en charge de la protection rapprochée du président centrafricain Touadéra. (FLORENT VERGNES / AFP)

Les accusations de Le Drian 

Lors d’un point sur la Centrafrique, le ministre français des Affaires étrangères a évoqué "une situation très confuse". Il a surtout pointé du doigt la présence "anti-française" de la Russie. "Ce n'est pas vraiment l'armée (mais) des supplétifs qui agissent sous l'autorité d'un Monsieur qui s'appelle M. Prigojine", a lancé Jean-Yves Le Drian en nommant "la force Wagner". Cette déclaration s'inscrit sur fond de rivalités franco-russes en République centrafricaine.

Le groupe Wagner

Wagner ou PMC Wagner est une société de mercenaires russe créée par Dmitri Outkin, un ancien officier du GRU (renseignements militaires russes). Le groupe paramilitaire privé a déjà fait parler de lui lors de son intervention en Syrie, dans le sillage de l’armée russe. La société Wagner est par ailleurs citée par le département du Trésor américain pour son implication dans le conflit en Ukraine.

Si M. Prigojine m'entend (...) qu'il sache qu'on le connaît bienJean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

Prigojine, "le cuisinier du Kremlin" 

Le groupe Wagner serait financé par un oligarque russe, Evguéni Prigojine. Surnommé "le cuisinier du Kremlin", l’homme d’affaires, proche de Vladimir Poutine, a fait fortune dans la restauration avant de conclure de nombreux contrats avec l’armée russe, comme le rapporte l’AFP. Evgueni Prigojine est par ailleurs accusé par la justice américaine d’être l’instigateur de l’"usine à trolls"  (publication massive de messages tendancieux sur internet) destinée à favoriser l’élection de Donald Trump en 2016.

Que dit la Russie ?

Moscou a toujours réfuté toute présence militaire russe en Ukraine et n’a jamais cautionné officiellement l’intervention de mercenaires russes en Syrie. Interrogé en décembre 2018 sur le groupe Wagner, le président Vladimir Poutine a toutefois défendu "le droit de travailler" des sociétés militaires privées tant qu’elles respectent la loi, la même qui interdit la création de sociétés de mercenaires...

EIles (les sociétés militaires privées, NDLR) ont le droit de travailler et de défendre leurs intérêts commerciaux aux quatre coins du mondeVladimir Poutine, président russe

Des "instructeurs" en Centrafrique

Depuis janvier 2018, il y a une double offensive russe, diplomatique et militaire, en République centrafricaine. Moscou a déployé plus de 170 "instructeurs civils" pour former les soldats de la Force armée centrafricaine (FACA). "Ce sont des gens qui appartiennent à une société de sécurité privée (…). C’est aujourd’hui une dimension importante des guerres contemporaines et des guerres contre le terrorisme. Il y a une privatisation de la guerre", expliquait à RFI en novembre 2018  Roland Marchal, chercheur au Centre d'études et de recherches internationales (CERI). 

L’assassinat de trois journalistes enquêtant sur Wagner

A priori, la présence de la Russie en Centrafrique n’a rien de choquant. La livraison d’armes aux soldats centrafricains a été validée par le Conseil de sécurité de l’ONU et le président Faustin-Archange Touadéra a lui-même choisi le Russe Valeriy Zakharov comme conseiller en sécurité.

La présence et le rôle des mercenaires russes du groupe Wagner est néanmoins opaque et suscite de multiples interrogations. En juillet 2018, trois journalistes russes de l’opposition ont tenté d’enquêter sur les activités de Wagner en Centrafrique et ses liens avec la richesse minière du pays, mais ils sont morts sur place dans des conditions mystérieuses.
La version officielle a conclu à un crime crapuleux, alors qu'aucune enquête sérieuse n’a été menée à ce jour.