Nana Akufo-Addo : "Le destin de toutes les personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique"

Le chef de l'Etat ghanéen participait le 11 juillet 2019 au dialogue initié avec les diasporas africaines par son homologue français Emmanuel Macron. 

Au côté d\'Emmanuel Macron, le président ghanéen Nana Akufo-Addo s\'exprime pendant le débat avec les diasporas africaines, \"Parlons d\'Afrique\", organisé le 11 juillet 2019 à l\'Elysée, à Paris.
Au côté d'Emmanuel Macron, le président ghanéen Nana Akufo-Addo s'exprime pendant le débat avec les diasporas africaines, "Parlons d'Afrique", organisé le 11 juillet 2019 à l'Elysée, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a estimé que "le destin" de tous les afrodescendants était "lié" au continent africain et que sa "réussite" améliorerait la façon dont ils étaient perçus dans le monde, notamment en France. Durant sa première visite officielle, le chef de l'Etat ghanéen a pris part jeudi 11 juillet 2019 à l'échange organisé à l'Elysée par son hôte, Emmanuel Macron, avec les diasporas africaines. 

"Nous continuerons sur notre chemin"

S'adressant à "(ses) frères, à (ses) sœurs de la diaspora africaine" présents dans la salle,  il a déclaré : "Il y a (...) une chose qu’il vous faut garder à l’esprit. (…) Le destin de toutes les personnes noires, où qu’elles se trouvent dans le monde, est lié à l’Afrique". Et de poursuivre : "Une Afrique qui réussit élève le statut de tous les citoyens du monde d’origine africaine et améliorent la façon dont vous êtes perçus, dont on vous regarde." 

Le Ghana est sensible au destin des diasporas africaines. Les autorités y ont déclaré 2019 "année du retour" pour les descendants d'esclaves. En juin dernier, le président Akufo-Addo a réitéré cette invitation lors d'une tournée dans les Caraïbes. A Paris, alors qu'il était invité à encourager les autres dirigeants africains à suivre l'initiative de son pays, il a répondu avec diplomatie qu'il s'agissait de "la trajectoire du Ghana". "Si d’autres la trouvent séduisante, tant mieux. Sinon, tant pis. Nous continuerons sur notre chemin", a-t-il fait savoir.