Félix Tshisekedi mise sur la diplomatie pour sortir la RDC de son isolement

Depuis son investiture en janvier 2019, le président congolais a visité plus de vingt pays, dont certains plusieurs fois, pour des rencontres bilatérales ou multilatérales.

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, lors de sa participation au Forum sur la paix de Paris, le 12 novembre 2019.
Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, lors de sa participation au Forum sur la paix de Paris, le 12 novembre 2019. (LUDOVIC MARIN / POOL)


Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi est en visite à Paris, où il participe au "Forum pour la paix", une conférence diplomatique qui se tient du 11 au 13 novembre 2019 en présence d'une trentaine de dirigeants internationaux.

Consolider les liens avec l'Europe

Belgique, France et Allemagne… Félix Tshisekedi enchaîne les visites sur le Vieux Continent pour se rapprocher de ses partenaires européens. Le président de la RDC veut visiblement "sortir de l’isolement dont le pays a souffert ces dernières années", comme le souligne à l'AFP son ambassadeur itinérant Nicolas Kazadi. Les relations entre le Congo et l’Union européenne étaient très tendues à la fin du régime de son successeur Joseph Kabila qui s’accrochait au pouvoir.

Obtenir de l'aide

En multipliant les rencontres avec les dirigeants occidentaux, le président Tshisekedi espère obtenir le soutien nécessaire pour mettre en œuvre les réformes promises. Pour cela, il mise notamment sur des prêts du FMI. En avril dernier, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s’était prononcé ouvertement en faveur du "programme de changement" axé notamment sur "la bonne gouvernance" et "la lutte contre la corruption", en réponse à l’appel à l'aide lancé par le nouveau président congolais lors de sa visite à Washington.

Felix Tshisekedi avait alors promis de "déboulonner le système dictatorial". Une petite phrase qui lui avait valu les critiques du camp Kabila.

Un ancien régime pesant 

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2019, Félix Tshisekedi s'est rendu dans une vingtaine de pays en Afrique, puis aux Etats-Unis, au Japon et en Europe. Ces multiples déplacements ne sont pas toujours compris dans son pays où des dossiers importants comme celui de la gratuité de l’enseignement primaire restent en suspens. Le mouvement citoyen Lutte pour le changement interpelle "le président itinérant" pour lui demander de consacrer plus de temps à la politique intérieure.

L’ancien opposant Félix Tshisekedi dirige le pays dans le cadre d'une coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila. Sa marge de manœuvre est pour le moins très réduite.