Guerre du gaz : Madrid assure que la production livrée au Maroc ne viendra pas d'Algérie

Alger menaçait de rompre le contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid "détournait" le gaz algérien vers le Maroc.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Rencontre entre le Premier ministre espagnol Pédro Sanchez et le roi du Maroc Mohammed VI, après le retournement d'alliance de Madrid sur le conflit du Sahara occidental, à Rabat, le 7 avril 2022. (BORJA PUIG DE LA BELLACASA / LA MONCLOA)

Alors que l'Algérie a coupé le gaz au Maroc depuis octobre 2021, l'Espagne a assuré qu’elle livrera bien du gaz au Maroc, mais qu'il ne proviendra pas d'Algérie. Alger menaçait de rompre son contrat avec l'Espagne si celle-ci déviait du gaz algérien "vers une destination tierce", c’est-à-dire vers le Maroc.

Madrid va fournir du gaz liquéfié au Maroc

Concrètement, Rabat va pouvoir acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés internationaux, se le faire livrer en Espagne où il sera regazéifié avant d'être acheminé au Maroc via le Gazoduc Maghreb Europe (GME). "L'activation de ce mécanisme a été discutée avec l'Algérie ces derniers mois et communiquée le 27 avril 2022 au ministre algérien" de l'Energie, a précisé le ministère espagnol de la Transition écologique le 27 avril.

"En aucun cas le gaz acquis par le Maroc ne sera d'origine algérienne."

Ministère espagnol de la Transition écologique

dans un communiqué

Si la dépendance de l'Espagne vis-à-vis du gaz algérien a diminué ces derniers mois, près de 25% du gaz importé par l'Espagne provenait toujours d'Algérie au premier trimestre 2022 contre plus de 40% en 2021, selon le gestionnaire du réseau gazier espagnol. Ce gaz est livré à l'Espagne par le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach par le gazoduc sous-marin Medgaz qui relie directement les deux pays.

En octobre 2021, Alger a cessé de vendre du gaz au Maroc via le GME en raison d’une crise diplomatique entre les deux pays à propos du Sahara occidental.

Retournement diplomatique de Madrid

Madrid s’est rapproché de la position marocaine sur ce dossier explosif. Un spectaculaire retournement diplomatique très mal reçu à Alger. Le conflit dans l'ex-colonie espagnole oppose depuis des décennies le Maroc au Front Polisario. Principal soutien des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, l'Algérie ne décolère pas depuis que l'Espagne a décidé mi-mars de soutenir le plan d'autonomie marocain pour le Sahara occidental afin de mettre fin à près d'un an de crise diplomatique avec Rabat.

En réaction, Alger a rappelé son ambassadeur en Espagne tandis que Sonatrach n'a pas exclu d'augmenter les prix du gaz livré à l'Espagne. Le 23 avril le président algérien Abdelmadjid Tebboune a qualifié le revirement de Madrid sur le Sahara occidental d'"inacceptable moralement et historiquement", tout en assurant que l'Algérie ne "renoncerait jamais à ses engagements de fourniture de gaz à l'Espagne".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.