Cet article date de plus de trois ans.

Nigeria : des rongeurs profitent de l'absence du président pour attaquer son bureau

De retour de Londres, où il était soigné, le président Muhammadu Buhari est contraint de travailler depuis son domicile. Des meubles et la climatisation du bureau présidentiel ont été endommagés par des animaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président nigérian Muhammadu Buhari écrit à l'Assemblée nationale à son retour de Londres, lundi 21 août 2017 à Abuja. (SUNDAY AGHAEZE / AFP)

Mauvaise surprise au retour. Après une absence de cent jours pour être soigné à Londres, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, va être forcé de travailler depuis chez lui. Des rongeurs ont en effet profité de son déplacement pour endommager les meubles et la climatisation du bureau présidentiel, à Abuja. Des souris, des rats ? Mystère. "Je n'ai pas toutes ces précisions", a répondu Garba Shehu, conseiller média du président, sur la chaîne Arise News.

"L'important est que le travail soit fait"

Ce dernier n'a pas précisé non plus la durée des travaux nécessaires à la remise en état des bureaux. "Il n'est pas rare que des présidents du Nigeria travaillent aussi depuis leur résidence. Cela fait des années que [Muhammad Buhari] utilise le bureau de sa résidence", a commenté Garba Shehu, L'important est que le travail soit fait. Que ce soit depuis sa chambre ou son salon ou son antichambre, ça n'a pas d'importance".

Avant son départ du Nigeria le 7 mai pour faire soigner la maladie, dont la nature n'a pas été dévoilée, le président Muhammadu Buhari avait déjà travaillé depuis son domicile, où il se faisait communiquer les documents officiels. L'ancien général de 74 ans avait déjà manqué plusieurs Conseils des ministres. Rentré ce week-end de Londres, le dirigeant a ensuite rencontré les responsables de la sécurité à sa résidence officielle, pour leur ordonner de réagir à toutes les menaces contre l'unité du pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.