Niger : près de 50 morts, dont 40 terroristes, dans un attentat

Cinq civils et quatre militaires ont notamment été tués lors d'une attaque de jihadistes présumés dans la région dite des "trois frontières", dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Niger, Mohamed Bazoum, le 8 juillet 2021 à Berlin. (BERND VON JUTRCZENKA / POOL)

Drame au Niger. Cinq civils, quatre militaires et quarante "terroristes" ont été tués dimanche 12 juillet lors d'une attaque de jihadistes présumés dans la région de Tillabéri, près du Mali, a annoncé le gouvernement nigérien. "La réaction prompte et vigoureuse" des Forces de défense et de sécurité (FDS), "a permis de repousser l'attaque en infligeant des lourdes pertes à l'ennemi", a expliqué le ministre nigérien de la Défense dimanche.

Tchoma Bangou est situé dans le département de Ouallam, dans la région de Tillabéri, frontalière du Mali et du Burkina Faso. Cette région dite "des trois frontières" est régulièrement visée depuis des années par des attaques meurtrières de groupes jihadistes. En janvier, plus de 100 civils avaient été tués par des jihadistes présumés à Tchoma Bangou et Zaroumadareye, un village voisin.

La région de Tillabéri est placée sous état d'urgence depuis 2017. Pour lutter contre les jihadistes, les autorités ont interdit depuis un an la circulation à moto nuit et jour et ordonné la fermeture de certains marchés soupçonnés d'alimenter "les terroristes". Le Niger lutte depuis des années contre des groupes jihadistes sahéliens dans sa partie occidentale et les islamistes du groupe nigérian Boko Haram dans le sud-est, sans parvenir à les vaincre, malgré la coopération régionale et l'aide militaire occidentale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Niger

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.